Le gouvernement a exprimé le 25 septembre son « fort mécontentement » après l’annonce la veille par les Etats-Unis d’un projet de vente d’armes à Taïwan.

Cette déclaration américaine intervient en pleine guerre commerciale avec la Chine. Le département d’Etat américain a indiqué le 24 septembre avoir approuvé la vente de pièces détachées et de pièces de rechange pour les avions de chasse et de transport F-16, C-130 et F-5 à Taïwan pour un montant de 330 millions de dollars.

« Nous exprimons notre fort mécontentement et notre ferme opposition », a réagi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, précisant que la Chine a protesté officiellement auprès des Etats-Unis.

« Nous exhortons la partie américaine à (…) retirer ce projet de vente d’armes et à stopper tout contact militaire avec Taïwan, sous peine de porter gravement atteinte aux relations bilatérales », a souligné Geng Shuang. Le Congrès américain a 15 jours pour s’opposer à cette transaction, pour certains observateurs, son application est peu probable.

L’annonce de la vente est intervenue le jour-même de l’entrée en vigueur de nouveaux droits de douane américains sur des biens chinois représentant 200 milliards de dollars (plus de 172 mds €) d’importations annuelles. A cela s’ajoute les sanctions de Washington contre la Chine pour avoir acheté des armes russes.

La Chine sanctionnée par Washington pour l’achat d’arme russe

La Chine considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l’île est dirigée de manière autonome depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. Taïwan n’est pas reconnu comme un Etat indépendant par l’ONU et n’a jamais déclaré son indépendance.

Raison pour laquelle, « la Chine s’oppose résolument à toute forme de contact officiel ou militaire entre Taiwan et les Etats-Unis », a indiqué An Fengshan, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat.

« Ceux qui s’appuient sur les étrangers pour se développer et portent atteinte à la paix et à la stabilité à travers le détroit de Taiwan paieront certainement le prix de leurs actions », a déclaré le porte-parole.