mercredi, juillet 24

Visite Ma Ying-jeou à Nanjing : hommage à Sun Yat Sen et aux victimes des japonais

Ma Ying-jeou, ancien président du Kuomintang, s’est rendu le 29 mars au Mémorial aux victimes du massacre de Nanjing par les japonais, lors de sa visite de douze jours en Chine.

Ma Ying-jeou a exprimé ses profondes condoléances aux compatriotes qui ont perdu la vie dans le massacre. « L’histoire ne sera jamais oubliée », a-t-il déclaré. Le massacre de Nanjing a eu lieu lorsque les troupes japonaises ont pris la capitale chinoise de l’époque, le 13 décembre 1937. Pendant six semaines, les japonais ont tué environ 300.000 civils et soldats chinois dans l’un des épisodes les plus barbares de l’histoire de la Chine.

Après avoir rendu un hommage silencieux aux victimes, l’ancien dirigeant de Taiwan et une délégation conduite par lui ont visité l’exposition dans le mémorial. « En tant que Chinois, quelle que soit la rive du détroit de Taiwan où nous nous trouvons, nous devons être indépendants et autonomes, et nous devons riposter avec courage lorsque nous sommes persécutés et humiliés par des puissances étrangères », a déclaré Ma Ying-jeou lors d’une interview aux médias chinois.

Le mémorial a été inauguré en 1985. Sa collection comprend près de 4.000 photographies, près de 10.000 objets et plus de 260 séquences vidéo, qui présentent tous des faits incontestables sur le massacre.

Après la visite, Ma Ying-jeou a vanté les choix politiques de la ville qui ont permi «un bon contrôle de l’épidémie au début de la pandémie grâce au leadership de Zhang Ding-yu», l’ancien directeur d’un hôpital de la ville qui a été nommé vice-directeur du comité de la santé de la province du Hubei en avril 2020 et qui a par la suite été décoré d’une médaille nationale.

L’ancien président de Taïwan a aussi visité, le Musée de la révolution de 1911, un grand musée situé à Wuhan et consacré à la révolution chinoise de 1911 et notamment à l’histoire du soulèvement de Wuchang, à Wuhan en octobre 1911. Ce soulèvement est aujourd’hui considéré comme l’élément déclencheur de la révolution chinoise qui mena à la fondation, quelques mois plus tard, de la République de Chine.

La délégation conduite par l’ancien dirigeant de Taiwan Ma Ying-jeou s’était rendue la veille au mausolée de Sun Yat-sen à Nanjing, dans la province chinoise du Jiangsu (est). Il a pris une photo sur le podium depuis lequel le docteur Sun Yat-Sen avait prononcé un discours et a rappelé que Sun Yat-sen avait dirigé la révolution qui avait permis de renverser la dynastie Qing et établi la première République de Chine, il y a 112 ans.

Il a également affirmé que les habitants des deux rives du détroit appartenaient à la nation chinoise et étaient les descendants des empereurs Yan et Huang. Il a mis l’accent sur l’objectif sur « la lutte pacifique et la revitalisation de la nation chinoise : les deux rives du détroit doivent absolument rechercher la paix, faute de quoi, il n’y aura pas d’avenir ni pour l’une, ni pour l’autre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *