lundi, mai 20

Les acteurs de l’industrie appellent à une approche « non-stop » de la numérisation bancaire en Afrique

Communiqué de Huawei – Si les banques veulent rester compétitives face aux néobanques et aux nouveaux arrivants des fintechs, elles devront changer fondamentalement leur façon de faire des affaires pour mettre la priorité sur le numérique.

Et pour atteindre cet objectif, il sera crucial de travailler avec des partenaires technologiques afin de s’assurer d’avoir la bonne infrastructure en place. Voilà le principal message délivré par les intervenants d’une table ronde des médias organisée dans le cadre du Huawei Intelligent Finance Summit for Africa 2023, qui s’est tenu récemment au Cap, en Afrique du Sud.

Selon Jason Cao, PDG de Huawei Global Digital Finance, les banques africaines ont l’occasion de tirer parti des taux de pénétration de la téléphonie mobile et des besoins financiers croissants dans le continent. «Le mobile est au cœur de tout», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il existe des similitudes entre les paiements mobiles en Chine et en Afrique. L’auteur futuriste Brett King convient que le thème du mobile sera important, non seulement en Afrique, mais dans le monde entier.

S’il en est un qui a constaté directement dans quelle mesure une approche axée sur le numérique peut contribuer à améliorer l’expérience client, c’est bien Eric Muriuki Njagi, directeur de groupe responsable des activités numériques chez NCBA Group, d’une des plus grandes sociétés africaines de services financiers.

Il a souligné que, pour les banques, le choix de s’appuyer sur la technologie consiste à déployer «l’argent à la vitesse de la confiance». «Aujourd’hui, les paiements sont réalisés instantanément, ou en l’espace de quelques secondes», a déclaré Eric Muriuki Njagi, ajoutant qu’il en allait de même pour le crédit. «Nous contractons et finalisons environ 6 millions de prêts par jour, dans un délai moyen de deux secondes par prêt». 

Mais le directeur de NCBA note que ce niveau de vitesse n’a que très peu de sens s’il n’est pas accompagné de confiance. Dans un monde où seulement 5% de la monnaie fiduciaire est composée d’argent liquide et où le reste est essentiellement algorithmique, c’est un point particulièrement critique.

«Comment faire confiance à l’algorithme?» a-t-il demandé. La réponse réside dans un concept que Huawei appelle la «banque non-stop».

Leo Chen, président de la région Afrique subsaharienne de Huawei, a dévoilé l’initiative « Non Stop Banking » lors du Huawei Intelligent Finance Summit for Africa 2023. Cette initiative appelle à une étroite collaboration entre les industries des TIC et des banques et à faciliter l’avenir numérique des services «non-stop», du développement «non-stop» et de l’innovation «non-stop».

Il s’agirait tout d’abord d’assurer une stabilité. Comme l’a souligné Zhentao Chen, directeur technologique de la région Afrique subsaharienne de Huawei Digital Finance, ce n’est pas quelque chose que les banques africaines ont toujours pu tenir pour acquis. Ici, transférer les systèmes back-end vers le cloud peut être extrêmement important. «Le cloud peut aider les banques à offrir des services financiers sans temps d’arrêt», a déclaré Jason Cao.

Mais à terme, si les banques traditionnelles veulent concurrencer les fintechs, elles ne peuvent pas se contenter de s’accrocher à ces technologies. Elles doivent plutôt les intégrer dans une nouvelle approche entièrement numérique.

Faisant écho à ce sentiment, Jason Cao a conclu en déclarant que Huawei est, «engagé à travailler avec nos clients africains pour se concentrer sur les défis et accélérer la transformation numérique».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *