L’administration Biden utilisera «tous les outils» pour mettre fin aux pratiques commerciales «déloyales» de la Chine qui «nuisent aux travailleurs américains, menacent notre avance technologique».

La nouvelle représentante au commerce, Katherine Tai

Cette annonce a été faite par les services de la représentante américaine au commerce (USTR) dans leur feuille de route 2021 publiée le 1er mars avec leur rapport annuel. Ainsi, la nouvelle équipe démocrate «reconnaît que les pratiques commerciales coercitives et déloyales de la Chine nuisent aux travailleurs américains, menacent notre avance technologique (…) et sapent nos intérêts nationaux».

Cette analyse est partagée avec l’ancienne administration Trump qui avait déclenché la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Toutefois, l’administration Biden estime que «relever le défi de la Chine exigera une stratégie globale et une approche plus systématique que la démarche désordonnée du passé récent».

La nouvelle représentante au commerce, Katherine Tai, avait indiqué au cours de son audition devant le Sénat qu’elle procèderait à «un examen complet» de la politique commerciale des Etats-Unis à l’égard de la Chine dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie globale.

Lire aussi : Katherine Tai, nommée par Joe Biden à la tête de la politique commerciale américaine

Parmi les pratiques jugées «préjudiciables» pour les américains, la représentante américaine au commerce cite les barrières tarifaires et non tarifaires freinant selon elle l’accès au marché chinois; les politiques industrielles utilisant des subventions jugées injustes; et les subventions à l’exportation.

Cliquez pour en savoir plus sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis

«Elles comprennent également les transferts de technologie forcés, les acquisitions illicites et la violation de la propriété intellectuelle américaine, la censure et d’autres restrictions sur Internet et l’économie numérique, ainsi que le fait de ne pas fournir aux entreprises américaines, dans de nombreux secteurs, un traitement comparable à celui que les entreprises chinoises reçoivent dans ces secteurs aux Etats-Unis», a détaillé Katherine Tai dans sa feuille de route.

L’administration Biden a rappelé que la «priorité absolue» sera aussi de lutter contre les violations des droits de l’homme, citant le programme de travail forcé imposé aux Ouïghours et d’autres minorités ethniques et religieuses.

«Les Américains et les consommateurs du monde entier ne veulent pas de produits fabriqués avec le travail forcé sur les étagères des magasins, et les travailleurs ne devraient pas être désavantagés par un régime de répression systématique orchestré par l’Etat», a écrit l’USTR.