Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré le 20 janvier que les tensions entre la Chine et les Etats-Unis avaient diminué, tout en s’inquiétant de la situation à Taïwan.

Interrogé lors d’un échange à l’université de Chicago pour savoir si la température était retombée avec la Chine, il a répondu: «Je pense que oui, car quand vous discutez, quand vous vous engagez, cela a tendance à avoir cet effet».

«Le reste du monde s’attend à ce que nous gérions cette relation de façon responsable», a-t-il poursuivi car les autres pays «savent que cela les touche également».

Antony Blinken se rendra à Pékin les 5 et 6 février selon un responsable américain, le premier déplacement à ce niveau en Chine depuis celui de son prédécesseur républicain Mike Pompeo en 2018. Le voyage avait été décidé en marge d’un sommet en Indonésie en novembre entre les présidents américain Joe Biden et chinois Xi Jinping.

Lire aussi : Antony Blinken en Chine les 5 et 6 février pour une visite très attendue

Mais il a aussi partagé ses inquiétudes vis-à-vis de Taïwan, citant les tentatives selon lui de Pékin visant à isoler l’île – considérée par le pouvoir chinois comme faisant partie de son territoire – et une série de manœuvres militaires. «Ce que nous avons vu au cours des dernières années c’est, je crois, la Chine qui a décidé qu’elle n’était plus à l’aise avec le statu quo» sur l’île, a-t-il affirmé.

«Voilà ce que nous disons aux Chinois: vous dites qu’il s’agit d’une question sur votre souveraineté, nous vous répondons que cela concerne directement les États-Unis et le reste du monde», citant le rôle crucial de Taïwan pour l’économie mondiale avec son rôle dans la fabrication des semi-conducteurs.