La Corée du nord a annoncé ce lundi 13 février avoir procédé avec succès au tir d’essai d’un missile balistique sol-sol de moyenne à longue portée Pukguksong-2, suscitant de vives inquiétudes, notamment de la Chine qui s’est opposée à ce tir.

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang, a indiqué que ce tir d’essai « constituait une violation des résolutions du Conseil de Sécurité » des Nations Unies.

« La Chine exhorte toutes les parties concernées à faire preuve de retenue et à conjointement maintenir la stabilité régionale« , a indiqué le porte-parole lors d’un point presse, ajoutant que le Conseil de Sécurité allait organiser des consultations sur ce tir d’essai.

Geng Shuang a indiqué que la Chine participerait aux consultations concernées de manière responsable et constructive. Cet essai de Pyongyang est le premier depuis l’entrée en fonction de Donald Trump qui a promis de se montrer ferme contre le programme nucléaire et balistique mené par la Corée du Nord.

Le président américain avait également pointé du doigt la responsabilité de la Chine, qui est l’un des seuls alliés de Kim Jong-un, assurant que Beijing ne fait rien pour contrôler son voisin.