Le bruit, facteur de stress et de manque de sommeil

par | Nov 2, 2016 | Santé, SOCIETE

Selon un rapport du Ministère de l’environnement, un quart de toutes les villes de Chine vivent avec des niveaux de bruit excessifs.

« Cela signifie qu’un quart des villes se couchent dans le bruit », a indiqué le ministère, ajoutant que « le manque de définitions claires sur qui devrait être responsable (de cette situation, ndlr) au sein du gouvernement rend la résolution du problème plus difficile ».

D’après Beijing Information, plusieurs administrations devraient être responsables de la gestation de ce problème, des services de l’environnement, de la culture, de la circulation, de l’industrie et du commerce, aux inspecteurs urbains et à la police locale.

Ils ont tous le pouvoir de contrôler les niveaux de bruit, mais lorsqu’un problème spécifique surgit, personne ne sait quel ministère a compétence. « En tant que tel, la priorité absolue consiste à identifier qui a la responsabilité », a  indiqué à BI, un responsable de l’environnement de la province de Hainan.

Certains riverains se plaignent des rires des gens dans la rue, des bruits provenant des restaurants en plein air ouvert toute la nuit, mais rien n’y fait. D’autres ont dénoncé des projets de construction, qui affectent le bien-être des habitants et perturbent le sommeil de ces derniers.

D’ailleurs, le bruit des chantiers de construction fait l’objet du plus grand nombre de  mécontentement et de plaintes, avec un peu plus de la moitié, 50,1% précisément, de toutes les plaintes enregistrées en 2015.

Le bruit des entreprises industrielles représentait 16,9%, et 21% des plaintes portaient sur le bruit généré par les humains, tandis que les 12% restants concernaient la circulation des véhicules.

Globalement, les autorités centrales 354 000 plaintes ont été reçues au niveau national au sujet du bruit en 2015, cela représente 35,3% de toutes les plaintes liées à l’environnement au cours de l’année.

 En 2015, 59,3% de toutes les plaintes concernant le bruit avaient lieu dans l’Est de la Chine, 11,7% dans l’Ouest, 22,2% dans la région centrale et 6,8% dans le Nord-est, précise Beijing Information.

Ce facteur n’arrange en rien la santé de la population, dont 25% dorment mal. Bien que les données datent de 2013, les chiffres montrent à quel point la situation est grave pour des milliers de personnes.

Ainsi, l’indice de sommeil se situe à 64,3, juste au-dessus de la ligne de démarcation de 60 points pour un bon sommeil, et un quart des personnes interrogées se trouvent en dessous de cette ligne.

L’enquête a montré que la durée du sommeil était bonne, mais que la qualité en était médiocre, avec 56,9% des sondés ayant mentionné le stress de leur travail et 15% disant qu’ils avaient des difficultés à s’endormir.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :