L’Union européenne va imposer des droits anti-dumping provisoires sur les vélos électriques chinois, afin de réduire les importations de vélos bon marché.

D’après les fabricants européens, les vélos électriques inondent le marché. La Commission européenne a décidé que des droits de douane compris entre 21,8% et 83,6% devaient s’appliquer à tous les vélos électriques en provenance de Chine.

Cette nouvelle taxe est la dernière d’une série de mesures de Bruxelles contre les exportations chinoises allant des panneaux solaires à l’acier. Le taïwanais Giant, l’un des premiers fabricants de vélos avec des usines en Chine aussi bien qu’aux Pays-Bas, s’est vu appliquer le taux le plus bas, de 27,5%.

L’enquête elle-même doit durer jusqu’en janvier 2019. La Commission a appelé tous les acteurs à prendre part à cette enquête. A la fin de celle-ci, des droits définitifs pourraient être imposés durant cinq ans.

La Commission européenne a conclu que les exportations de vélos électriques chinoises dans l’Union européenne avaient plus que triplé de 2014 à une période de 12 mois à fin septembre 2017. Leur part de marché est passée à 35%, tandis que le prix de vente moyen a diminué de 11%.

Cette décision intervient deux jours après le 20ème sommet UE-Chine, duquel la Chine et l’UE ont assuré que «ce partenariat a acquis une nouvelle importance pour nos concitoyens, nos régions voisines respectives et, plus largement, pour la communauté internationale», a indiqué l’UE, dans un communiqué.

«J’ai toujours fortement cru dans le potentiel du partenariat UE-Chine. Dans le monde d’aujourd’hui, ce partenariat est plus important que jamais. Notre coopération fait tout simplement sens», a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Lors de ce rendez-vous, les deux parties ont signé des accords sur le commerce des émissions, les océans, l’investissement, la propriété intellectuelle, les douanes et l’économie circulaire.

La position américaine ne rapprochera pas Bruxelles et Beijing