Par Roland Tsang Kwai Kew – Le 1 er Octobre 2018, la République populaire de Chine (RPC) a célébré et soufflé ses 69 bougies depuis sa fondation le 1er Octobre 1949. Il y a un peu plus de six ans et demi j’avais écris un article de réflexion sur le rôle de plus en plus grandissant auquel la Chine est appelée à jouer dans le concert des Nations. L’article avait pour but à l’époque de réfuter une perception américaine portant sur le colonialisme et l’impérialisme chinois en Afrique.

A l’époque le lobby américain, non content que l’Empire du Milieu ait ravi au Japon la deuxième place de l’économie mondiale juste derrière les Etats Unis, avait utilisé plusieurs journaux du monde et l’internet pour agiter le spectre de l’ogre chinois achetant à vils prix les matières premières du continent Noir! Malgré ce lapse du temps cet article garde toute son actualité, Aujourd’hui la Chine est la locomotive de l’économie mondiale. Quelque 300 millions touristes chinois arpentent les quatre coins du monde et contribuent au commerce mondial.

La Chine est la puissance de technologie émergente et à ce titre elle diminue l’écart qui la sépare des Etats-Unis dans le domaine de semi-conducteurs et commence à concevoir ses propres composants. Elle a dépassé les Etats-Unis de loin en ce qui concerne le réseau ferroviaire de Train à Grande Vitesse (TGV) et possède à elle seule plus de 60 % du réseau mondial. Elle participe aussi à la modernisation des infrastructures dans le monde, particulièrement en Afrique. Le président chinois, Xi Jinping, parle maintenant de son projet de Nouvelles Routes de la Soie par terre et par mer « One Belt one Road« .

Nouvelle route de la soie

Reste à savoir si la Chine veut vendre son mode de développement comme une alternative à celui des démocraties occidentales en proie à de nombreux maux ! Est-ce que le gouvernement mauricien à travers son Premier ministre, Pravind kumar Jugnauth, saura profit de l’aubaine chinoise pour engager l’île Maurice dans une nouvelle ère de prospérité de l’économie mondiale ou restera-t-elle à quai et rate le TGV chinois, se contentant de son Métro léger, projet déjà obsolète avant son entrée en opération fin décembre 2019!? That’s the question! J’ai retiré de mes archives ce texte pour le partager avec vous à l’occasion du 69 anniversaire de la République populaire de Chine. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chaque chose a une fin. « Chaque la montée éna so la descente » (A chaque montée, il y a une descente), ainsi nous rappelle ce sage dicton créole! Les civilisations émergent et disparaissent l’une après l’autre. L’histoire c’est l’éternel recommencement. Mais c’est aussi un rétroviseur pour jeter un regard et conclure que rien n’est statique dans le monde. Je me rappelle dans mon adolescence avoir vu un film au cinéma Rex décrivant la chute de l’Empire Romaine. Ce film m’a marqué à jamais. On voyait les centurions romains qui abandonnèrent leurs armures pour s’adonner aux vins et aux plaisirs de la vie: les femmes et les cirques, alors que les barbares étaient aux portes de Rome.

Ce qui arrive aujourd’hui aux Etats-Unis c’est dans l’ordre des choses. Dans les années cinquante quand j’avais à peine cinq ans, à l’occasion de l’Empire Day, à l’école de Montagne Blanche Church of England Aided School que je fréquentais alors, les gosses se mirent en rang pour chanter « Rule Britania, Britania rule the waves« , en faisant agiter les petits pavillons de Union Jack. Les colonialistes anglais d’alors en poste à Maurice se croyaient investir d’une mission civilisatrice dans le monde pour sortir les peuples barbares de l’ignorance et de la misère. Ils se flattaient à qui voulait entendre pour soutenir que leur pays était au faîte de sa gloire, se disant rassurés que le soleil ne coucherait jamais sur l’empire britannique! C’était avant le démantèlement des colonies britanniques qui avait commencé en l947 avec la partition du Sous Continent Indien en deux blocs distincts: la République indienne et la République islamique du Pakistan.

Et dire qu’il y a à peine 3 mois le Brésil, un des trois pays émergents avec l’Inde et l’Afrique du Sud, a dépassé la Grande-Bretagne pour lui ravir la sixième place dans le monde sur le plan économique. Pourtant la Grande-Bretagne a pu imposer sa langue dans le monde. Ce qui n’est pas une maigre consolation pour les Britanniques qui ont donné au monde sa langue qui est devenue celle du computer.

Les Etats-Unis sont devenus les gendarmes du monde et ses bottes piétinent une partie du territoire mauricien, l’île de Diégo Garcia transformée en base aéronavale nucléaire soi-disant pour la défense du monde libre. Ils se sont imposés comme la puissance dominante du monde bien avant Première Guerre mondiale. Quand l’on pense qu’il y a tout juste un siècle la Chine était une semi-colonie et avait connu sa première révolution le 10 octobre 1911 sous l’initiative du Dr Sun Yat Sun, Il y a à peine 63 ans, le 1 octobre 1949, date de la fondation de la République populaire de Chine, du haut de la Place Tien An Men Mao Zedong prononçait un discours prémonitoire et mettait l’occident en garde: « Zhongguo zheng qilai! « (La Chine est debout). Il s’agit du premier pas pour une longue traversée du désert du peuple chinois sur la route de la libération pour un pays qui prend entre ses mains sa propre destinée!

Ainsi après un siècle d’humiliations étrangères avec l’imposition des traités inégaux qui ont suivi les deux Guerres de l’Opium, il faut désormais compter avec la Chine. Déjà au début du siècle dernier un secrétaire d’Etat américain (Je pense qu’il s’agissait de Dean Acheson) évoquait la politique américain de contenir la Chine dans la région de l’Océan Pacifique, la porte d’entrée par l’Ouest des Etats-Unis. Et un siècle plus tôt Napoléon Bonaparte prophétisait sur la puissance de demain que deviendrait la Chine: « La Chine est un géant qui dort. Ne le réveillez pas, car le jour qu’il se réveille, il ébranlera le monde »

Il y a trente ans quand l’ancien gaulliste et ministre français, Alain Peyrefitte, publia son livre à succès « Quand la Chine s’éveillera », seuls les jeunes gauchistes en France s’intéressaient de ce qui se passait dans l’Empire du Milieu. Je me souviens à l’époque à la salle de Maubert Mutualité, au Quartier Latin, avoir assisté à une projection des courts métrages sur la Chine dont l’un s’intitulait « Quand Yu Kong s’élevait les Montagnes« . C’était l’époque où la Chine abordait les grands projets d’infrastructures, réalisait sa réforme agraire et cela une décennie à peine après le chaos de la Grande Révolution Culturelle.

Quand on regarde le parcours de géant qu’a réalisé la Chine en six décennies on est émerveillé, enthousiasmé et fasciné. La Chine aujourd’hui est non seulement la deuxième économie de la planète après les Etats-Unis, elle est aussi la deuxième puissance sportive et la troisième sur le plan spatial à avoir envoyé un homme dans l’espace en la personne de Yang Liwei. Qui sait peut-être le premier homme à pouvoir fouler un jour la planète Mars sera un Chinois? Ainsi la boucle sera bouclée.

En tant que Mauricien et aussi Chinois de la diaspora, si j’ai un conseil à donner à mes compatriotes toutes communautés confondues, il faudrait qu’ils regardent la Chine avec moins des préjugés. La Chine c’est l’avenir de demain et connaître et maîtriser le mandarin, c’est le passeport pour l’avenir de nos jeunes. Je salue très bas ces nombreux jeunes Mauriciens d’origine hindoue qui ont réalisé cela. Ils choisissent d’aller faire leurs études tertiaires en Chine, surtout en médecine. Ils ont vu loin, alors qu’il existe des Mauriciens au sein de la minorité chinoise du pays qui croient que tout ce qui vient de l’occident est toujours et nécessairement meilleur!

Ne disait-on pas la même chose du Japon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui le Japon est reconnu pour sa discipline au travail, pour son patriotisme et pour son industrie de haute technologique: Nintendo, Toyota, Nikon, Sanyo se sont des marques de référence.La Chine aujourd’hui est l’industrie du monde qui produit presque 20% des produits que le monde consomme.

Et d’ici en moins d’une décennie la Chine aura rattrapé les Etats-Unis Déjà les experts occidentaux ont fait des calculs que d’ici 2040, soit dans exactement 28 ans le peuple chinois aura un niveau de vie par tête d’habitant égal sinon légèrement supérieur à celui des Etats-Unis. En cette année du Dragon, symbole des empereurs chinois, il importe de voir l’avenir du monde avec sérénité et pas avec des visières!

Je pense que le monde n’a pas intérêt de voir en la Chine un danger pour l’humanité. De par sa culture humaniste inspirée, façonnée et modelée par la pensée de Confucius au cours de ces 2500 ans d’histoire, la Chine peut contribuer à faire éliminer la faim, la maladie et faire reculer la barrière de l’ignorance dans le monde.

Siège de l’union africaine construit par la Chine

Quand on regarde l’imposant bâtiment abritant le nouveau siège de l’Union Africaine à Addis Ababa, en Ethiopie, construit et financé par les Chinois au coût de $300 millions (environ Rs 13 milliards), on ne peut pas parler de l’impérialisme chinois! La Chine au cours de ses 5000 ans d’histoire est sortie une seule fois hors de sa frontière.

C’était en 1950 quand elle s’est sentie menacée quand les troupes alliées, sous la houlette des Etats-Unis et menée par le général Mac Arthur, avaient franchi le 38eme parallèle. Heureusement que Harry Truman, le successeur de Roosevelt, à la présidence des Etats Unis, l’avait limogé parce qu’il voulait la confrontation avec la Chine de Mao nouvellement libérée et avait même proposé à ce dernier d’utiliser la bombe atomique contre le peuple chinois!

Sous les Tang l’Amiral Chen Ho dirigeait une flottille ayant à son bord 10,000 marins à la découverte du Nouveau Monde d’alors (Christophe Colombe n’avait pas encore découvert l’Amérique) Qu’est-ce qui aurait empêché à la Chine d’alors de coloniser l’Afrique et une partie de l’Asie. Ce n’est pas dans la mentalité chinoise d’avoir des colonies. La Chine préfère avoir des zones d’influence. Sous la dynastie des Tang, contrairement aux Espagnols et plus tard aux Anglais et aux français, les Empereurs chinois ne songeaient aucunement à coloniser le monde en se servant d’une main le glaive et dans l’autre main le goupillon!

L’archevêque Desmond Tutu quand il visita Maurice, il y a quelques années, disait que quand les Européens venaient en Afrique avec leur Bible les indigènes fermaient les yeux en songeant à la bonne parole du Christ et dès qu’ils ouvrirent les yeux ils constatèrent qu’ils étaient devenus des peuples conquis! Faites ce que je te dis mais ne faites pas ce que je fais! La méfiance des occidentaux n’a, selon moi, sa raison d’être.

Si j’ai écrit ce commentaire d’introduction après avoir lu le texte ci-dessus, c’est en quelque sorte pour faire l’éducation de mes compatriotes. Il faut toujours faire travailler sa matière grise et de ne pas se laisser manipuler par la lecture de n’importe quel article.

Roland Tsang Kwai Kew