Le Conseil des affaires d’Etat a annoncé son intention de prendre des mesures ciblées pour stimuler davantage l’emploi. Au cours d’une réunion gouvernementale, tous s’accordent à dire que la dynamique de l’emploi est restée stable cette année et le nombre d’emplois urbains créés au cours des trois premiers trimestres a dépassé l’objectif du gouvernement pour toute l’année.

Cependant, dans un environnement complexe tant en Chine qu’à l’étranger, « la pression sur l’emploi est toujours considérable et le gouvernement continuera à accorder la priorité à la création d’emplois et à la mise en œuvre d’une politique de l’emploi plus proactive », a révélé le document final de cette réunion présidée par le Premier ministre Li Keqiang.

Ce dernier a expliqué que « la création d’emplois est la mission première du développement économique et un enjeu fondamental des moyens de subsistance de la population », ajoutant que « comme nous allons sans doute encore faire face à une pression considérable sur l’emploi au cours de l’année à venir, nous devons bien nous préparer et prendre autant que possible des mesures de précaution, qui pourraient inclure l’octroi d’une plus grande flexibilité aux pouvoirs publics et aux entreprises dans les politiques de l’emploi ».

A lire aussi Le gouvernement réglemente pour éviter une hausse du chômage 

Pour réduire le taux de chômage, le gouvernement a décidé le remboursement de la moitié des dépenses d’assurance-chômage des entreprises qui limiteront le nombre de licenciement. Cette aide sera reversée par le biais de cotisations réduites. De plus, les start-ups bénéficieront d’un soutien financier de la part du gouvernement si elles créent des emplois.

Les structures prioritaires de la nouvelle politique gouvernementale seront les entreprises privées et les moyennes, petites et micro entreprises. De même, à compter du 1er janvier, les groupes admissibles aux subventions de stage seront étendus des diplômés des universités qui n’ont pas encore trouvé un emploi aux

Les entreprises, bénéficiant de subvention gouvernementale pour financer les stages, sont invités à proposer des stages à des jeunes sans emploi, âgés de 16 à 24 ans, en plus des étudiants d’université.

Les chômeurs seront quant à eux encouragés à participer à des programmes de formation professionnelle rémunérée. Les chômeurs dans le besoin bénéficieront d’allocations ou de secours temporaires, mais aussi d’indemnités de subsistance pour les cas les plus complexes.

Afin de réduire la charge des entreprises et d’accroître le taux d’emploi, le gouvernement a décidé que la politique de réduction du taux de cotisation combiné de l’assurance-chômage de 3% à 1% sera prolongée au-delà de son échéance normalement prévue en avril prochain.

De son côté, le ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale a annoncé que 11,07 millions de nouveaux emplois urbains ont été créés au cours des neuf premiers mois, soit 100 000 de plus que pour la même période de l’année dernière. Le taux de chômage dans les zones urbaines étudiées s’est quant à lui établi à 4,9% en septembre, en baisse de 0,1 point par rapport à l’année précédente.

Stabilité du marché de l’emploi dynamisé par les nouvelles économies