La question du déploiement du système de défense antimissile américain THAAD en Corée du Sud ne fait pas l’objet de négociations, a déclaré le bureau présidentiel sud-coréen, après que Pékin a affirmé que Séoul avait promis de limiter ses opérations au cours de la précédente administration du président Moon Jae-in.

Le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) a été l’un des principaux sujets de discussion lors de la réunion entre les chefs de la diplomatie de la Corée du Sud et de la Chine dans la ville portuaire chinoise de Qingdao.

Lire aussi : Échanges cordiaux entre la Chine et la Corée du Sud

Le ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé que Séoul avait accepté de limiter le fonctionnement de la batterie THAAD à Seongju. D’ailleurs, des responsables sud-coréens ont récemment déclaré à plusieurs reprises que le système « THAAD » (Défense de zone à haute altitude terminale) est purement destiné à des fins de défense nationale et qu’il vise les attaques potentielles de la Corée du Nord.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a souligné que la République de Corée devrait s’en tenir à la politique des «trois non et une restriction» : pas de déploiement supplémentaire du système THAAD en Corée du Sud ; pas de participation à un réseau de défense antimissile dirigé par les États-Unis ; pas de participation à une alliance militaire trilatérale avec les États-Unis et le Japon ; et restriction de l’utilisation du système THAAD déployé.

Cependant, le 11 août, le ministre sud-coréen de la Défense, Lee Jong-sup, a déclaré que si le radar du THAAD est orienté vers la Chine, les ondes radio seront bloquées par les pics montagneux de la base, et il est physiquement impossible de parvenir à détecter la Chine. Le système «THAAD» ne peut défendre que la péninsule coréenne. Il ne peut jouer aucun rôle dans le système de défense américain et ne visera pas la Chine.

Un argument reçu avec scepticisme en Chine. Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, a indiqué que « la Chine a toujours respecté la souveraineté de la Corée du Sud et comprend les préoccupations de sécurité de la Corée du Sud, mais le déploiement du système antimissile américain THAAD en Corée du Sud est préjudiciable à la sécurité stratégique de la Chine, et la Chine ne peut pas l’ignorer ».

« La Chine espère que la Corée du Sud continuera à gérer correctement cette question, conformément à l’accord entre les deux parties et au consensus atteint au cours de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des deux pays à Qingdao », a assuré Wang Wenbin.