Le ministre de la Justice aux États-Unis a annoncé que cinq « agents » d’origine chinoise ont été arrêtés par le FBI et «risquent maintenant la prison» pour avoir «suivi illégalement les ordres du gouvernement chinois».

La Maison Blanche

Cinq «agents» chinois ont été arrêtés mercredi 27 octobre aux États-Unis pour leur rôle dans une opération baptisée «Fox Hunt» qui, dans le cadre de la lutte contre la corruption, vise des opposants au gouvernement, ont annoncé les autorités américaines.

Au total, «huit agents de la République officielle de Chine ont été inculpés pour cette opération de police illégale», a déclaré John Demers, ministre adjoint de la Justice, lors d’une conférence de presse.

Trois d’entre eux sont probablement toujours en Chine, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse. Les autres ont été interpellés en Californie, dans le New Jersey et à New York et seront présentés à des juges dans la journée.

Ces derniers sont accusés d’avoir fait partie de «brigades chinoises de rapatriement entrées aux États-Unis sans se coordonner» avec les autorités américaines, a précisé John Demers.

Ce dernier a indiqué qu’«ils ont surveillé et localisé des fugitifs présumés et ont déployé des tactiques d’intimidation pour les forcer à rentrer en Chine».

Certaines des personnes recherchées par ces brigades «sont peut-être coupables de ce qui leur est reproché, mais dans de nombreux cas, ce sont des opposants au dirigeant chinois Xi, des rivaux, des dissidents ou des critiques», a-t-il ajouté.

«Les chasseurs sont devenus les chassés», a-t-il encore déclaré. L’acte d’accusation des « cinq » agents porte sur le harcèlement d’une victime, dont le nom n’est pas rendu public.

Selon ce document, les agents ont organisé la venue de son père aux États-Unis afin de le localiser, puis ils ont filmé sa fille adulte pour exercer des pressions sur lui et lui ont envoyé des messages de menaces.