Le gouvernement français est « conscient des risques »liés à l’équipementier télécoms Huawei et « prendra les dispositions nécessaires quand il le faudra », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

« Nous sommes tout à fait conscients des risques que vous évoquez, à la fois sur la place de Huawei dans les réseaux centraux, sur les risques que peut entraîner le fait que Huawei intervienne largement sur la 5G, nous sommes tout à fait conscients de cela et le gouvernement prendra les dispositions nécessaires quand il le faudra », a déclaré le ministre, lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, le 23 janvier.

« Le gouvernement prendra les dispositions nécessaires quand il le faudra », a-t-il ajouté. D’ailleurs, « je dois voir mon collègue chinois tout à l’heure », a indiqué le chef de la diplomatie française. En effet, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, est en visite à Paris, ce jeudi 24 janvier.

Pour la première fois, un ministre responsable français évoque cette question, après la décision des Etats-Unis et de plusieurs pays d’Asie et d’Océanie d’interdire les équipements Huawei, pour des raisons de sécurité.

Avec un chiffre d’affaires de 93 milliards de dollars (81,7 milliards d’euros) en 2017, Huawei est le premier équipementier télécoms mondial, mais plusieurs pays occidentaux craignent que le gouvernement chinois n’utilise ses infrastructures à des fins d’espionnage. Aucune preuve n’a jusqu’à présent été apportée pour prouver ces soupçons et le groupe a réfuté à de nombreuses reprises ces accusations.