Donald Trump admet sa défaite contre la Chine

par | Avr 5, 2018 | Amériques, MONDE

Les représailles commerciales chinoises sur l’aéronautique, le soja et l’automobile vont lourdement peser sur l’économie américaine, suscitant de vives inquiétudes des entreprises américaines.

En réponse à la publication, 2 avril, par l’administration Trump d’une liste provisoire de produits importés de Chine susceptibles d’être soumis à de nouveaux droits de douane, Beijing a diffusé sa propre liste visant des importations du même montant annuel : 50 milliards de dollars (41 milliards d’euros).

Quartier de Xidan

La Chine a cette fois ciblé des secteurs ou produits clés, pesant lourd dans les 130,4 milliards de dollars (107 milliards d’euros) d’exportations américaines vers la Chine, en particulier le soja, l’automobile et l’aéronautique.

«Les représailles annoncées par la Chine vont affecter le commerce, les entreprises et les consommateurs», a déploré Gary Shapiro, président de l’Association des consommateurs du secteur technologique (CTA). Pour ce dernier, ce «combat d’éléphants» va être perdant pour tout le monde.

L’association américaine des producteurs de soja (ASA) a fait parti de «son extrême frustration face à l’escalade de la guerre commerciale avec le plus grand client de soja américain» et exhorté «la Maison Blanche à reconsidérer les tarifs qui ont conduit à ces représailles».

En effet, les exportations américaines de soja vers la Chine ont représenté plus de 12 milliards (9,84 milliards d’euros) en 2017. La Chine achète 61% des exportations de soja totales américaines et plus de 30% de la production américaine, a souligné l’ASA.

Le gouvernement américain tente de minimiser

Le ministre américain au commerce Wilbur Ross a tenté sur la chaîne CNBC de minimiser l’impact des mesures de rétorsion chinoises sur l’économie américaine : «remettons-les en perspective», ajoutant que «ces 50 milliards (…) représentent 3/10 de pourcentage de notre PIB».

Ce dernier a également fait référence au tweet du président américain Donald Trump, qui estimé qu’avec plus de 500 milliards d’importations chinoises, la guerre commerciale avec la Chine était de toute façon perdue depuis longtemps.

Les présidents Xi Jinping et Donald Trump lors de leur rencontre en 2017

Dans le secteur automobile, certains constructeurs, dont Tesla, ne disposant pas d’usine en Chine, craignent ces mesures. «Nous soutenons une relation commerciale positive entre les Etats-Unis et la Chine et exhortons les deux pays à continuer à engager un dialogue constructif», a déclaré le premier constructeur automobile américain General Motors. D’autant plus que la compagnie américaine a vendu en février 2018 plus de véhicules en Chine qu’aux Etats-Unis.

Les mesures américaines pourraient ne pas être appliquées

Le nouveau conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a déclaré sur Fox News «qu’à la fin du processus (…) il y aura un pot d’or. Et si on ouvre ce pot, on trouvera plus de croissance économique, plus d’échanges commerciaux et une hausse des salaires des deux côtés».

Or ce dernier a affirmé dans d’autres médias que la probabilité que les taxes américaines sur la Chine puissent in fine ne pas être appliquées à l’issue du processus de négociation chinoise, « n’est pas nulle ».

En effet, le président américain a assuré à plusieurs reprises vouloirs faire presse sur la Chine lors des négociations pour qu’elle ouvre davantage son marché. De son côté, Beijing a toujours déclaré être ouvert à des négociations et prêt à ouvrir son marché.

De son côté, l’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Cui Tiankai, a souligné que la négociation restait la voie privilégiée, «mais il faut être deux pour danser le tango. Nous verrons bien ce qu’ils (les Etats-Unis) vont faire».

La Chine a informé l’OMC de sa riposte commerciale contre les USA

La Chine a officiellement informé l’Organisation mondiale du Commerce qu’elle allait prélever 611,5 millions de dollars (498,2 millions d’euros) de taxes sur 2,75 milliards  (2,25 mds €) d’importations en provenance des Etats-Unis en représailles aux droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium, montre un document de l’OMC.

Cette requête ne freine pas la volonté de Donald Trump d’imposer sa vision libérale à la Chine. Toutefois, ce dernier a assuré que la guerre commerciale contre la Chine a été perdue il y a longtemps, mettant la faute sur l’incompétence de ses prédécesseurs.

«Nous ne sommes pas dans une guerre commerciale avec la Chine, cette guerre a été perdue il y a de nombreuses années par des personnes stupides ou incompétentes, des personnes représentant les Etats-Unis», a estimé le président américain sur Twitter.

Donald Trump a une nouvelle fois mis en avant le déficit commercial des biens colossal avec la Chine évoquant 500 milliards de dollars (410 mds €) bien qu’il se soit effectivement élevé à 375,2 milliards (308 mds €) en 2017. « Avec le vol de la propriété intellectuelle, ce sont 300 milliards de dollars (246 mds €) supplémentaires. Cela ne peut plus durer! », a-t-il dit.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :