jeudi, mai 23

« Expliquer la résilience économique de la Chine »

De Project Syndicate, par Zhang Jun – Les fermetures à grande échelle et les fermetures de frontières visant à lutter contre la pandémie de COVID-19 ont interrompu les chaînes d’approvisionnement mondiales et paralysé largement l’économie mondiale. Pourtant, la véritable faiblesse de l’économie mondiale d’aujourd’hui n’est pas la vulnérabilité de ses réseaux de production mondialisés, mais plutôt des attitudes aigres envers la mondialisation – et envers la Chine en particulier.

La crainte du poids économique croissant de la Chine conduit les décisions de commerce extérieur et d’investissement de nombreux pays ces jours-ci, et pas seulement aux États-Unis. Les inquiétudes concernant la dépendance de l’industrie manufacturière mondiale vis-à-vis de la Chine ont incité à abandonner la production et à couper le pays des chaînes d’approvisionnement mondiales. Et les États-Unis menacent même d’étouffer l’économie chinoise par le découplage technologique.

Mais les détracteurs de la Chine se trompent en supposant que la croissance économique continue du pays dépend presque entièrement du maintien du système mondial de libre-échange et de l’accès à la technologie occidentale. Bien que la Chine soit sans aucun doute un important fabricant mondial, les véritables moteurs de sa performance économique au cours de la dernière décennie ont été la croissance rapide de son énorme pouvoir d’achat et de ses investissements en immobilisations – y compris dans le secteur technologique florissant du pays.

Le monde n’a pas encore pleinement apprécié l’importance du déplacement intérieur de la gravité économique du pays de la «circulation extérieure». Cela s’explique en partie par le fait que de nombreux économistes ont plutôt critiqué l’expansion des investissements de la Chine et mis en évidence les risques d’endettement potentiels qui en découlent. En conséquence, les politiciens en Amérique et dans de nombreux autres pays pensent toujours que le moyen le plus efficace de contenir la Chine est de cibler sa position dans le commerce mondial et les chaînes d’approvisionnement.

Certes, la Chine a jusqu’à présent été le plus grand bénéficiaire de la mondialisation économique au cours des dernières décennies, principalement en raison de son intégration dans le système mondial de libre-échange avant et après son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce en 2001. En effet, à la fin des années 80, Les décideurs chinois préconisaient que le pays utilise les chaînes d’approvisionnement mondiales et les marchés internationaux pour l’aider à s’industrialiser et à accumuler des capitaux. La Chine a ainsi profité de sa main-d’œuvre abondante et bon marché et a adopté une approche «des deux côtés» en important des pièces et des composants afin d’assembler des produits finis pour l’exportation.

Mais les décideurs chinois ont depuis longtemps compris que ce modèle de croissance ne pouvait pas faire de la Chine une économie pleinement développée et à revenu élevé. En particulier, le grave impact de la crise financière mondiale de 2008 sur les économies occidentales a contraint la Chine à accélérer son «changement d’orientation» en développant un immense marché intérieur plus étroitement intégré et en favorisant une croissance tirée par la «circulation interne». Ces efforts ont pris un nouvel élan ces dernières années en raison de l’escalade des frictions commerciales avec l’Amérique et de la reconnaissance que la poursuite de l’expansion économique de la Chine nécessite de surmonter les déséquilibres structurels.

La Chine a pris plusieurs mesures pour corriger ces déséquilibres et stimuler la demande intérieure. Pour commencer, il a permis au renminbi de s’apprécier par rapport au dollar américain pendant au moins une décennie après 2005, et a commencé à ouvrir son marché protégé aux entreprises étrangères conformément à ses engagements à l’OMC. Le gouvernement a non seulement libéralisé les importations, en particulier de biens intermédiaires et de biens d’équipement, mais a également commencé à permettre une pénétration étrangère sur les marchés financiers et d’autres secteurs non échangeables. Et en créant un nombre croissant de zones de libre-échange, la Chine a honoré ses engagements concernant les investissements de portefeuille étranger et la facilitation des flux de capitaux transfrontaliers.

Deuxièmement, la Chine a augmenté ses investissements dans les infrastructures physiques et la logistique à un taux de plus de 20% par an au cours des 15 dernières années, ce qui s’est traduit par des autoroutes, des voies ferrées, des aéroports et des installations portuaires nationales nouvelles et améliorées. Au cours de la dernière décennie, par exemple, le pays a construit un réseau ferroviaire à grande vitesse de plus de 35 000 kilomètres (21 748 milles).

Troisièmement, depuis le début de ce siècle, les autorités chinoises ont constamment soutenu la construction de réseaux d’infrastructures d’information et de communication à grande échelle et encouragé les entreprises privées à innover dans des secteurs de pointe tels que les paiements mobiles, le commerce électronique, l’Internet des Les choses et la fabrication intelligente. Cela a contribué à favoriser l’émergence de nombreuses entreprises technologiques internationales basées localement, notamment Alibaba, Tencent et JD.com. Et au début de 2020, le gouvernement a décidé de lancer une nouvelle série d’investissements à grande échelle dans les stations de base 5G.

Le port de libre échange de Hainan

Enfin, le gouvernement chinois a activement promu des plans stratégiques nationaux visant à intégrer les méga-régions économiques nationales et à générer une demande intérieure. Cela comprend la construction de la nouvelle zone de Xiong’an, où les fonctions non essentielles de la capitale seront déplacées de Pékin, et qui accélérera le développement du triangle Pékin-Tianjin-Hebei. En outre, le gouvernement a développé la région de la grande baie de Guangdong-Hong Kong-Macao et encourage une coopération plus étroite entre 16 villes de la ceinture du fleuve Yangtze. Le delta du fleuve Yangtze a mené le processus d’intégration économique parmi les provinces principalement industrialisées, dirigées par Shanghai.

De même, deux des centres urbains les plus importants du sud-ouest de la Chine – Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, et Chongqing, la principale ville sur la section en amont du fleuve Yangtze – ont été incités à créer un «cercle de deux villes» grâce à un développement économique plus étroit. la coopération. En outre, le chemin de fer de fret vers l’Europe depuis l’ouest et le sud-ouest de la Chine, et le «nouveau canal terre-mer» vers le sud, non seulement stimuleront l’économie de la Chine continentale, mais aideront également à stabiliser les chaînes d’approvisionnement mondiales.

En effet, malgré le changement constant de sa gravité économique, la Chine ne sera certainement pas incitée à se désengager des chaînes d’approvisionnement technologiques mondiales ou à se replier dans l’isolement. Au contraire, il restera un participant actif et un contributeur au commerce et aux investissements mondiaux. Et en ouvrant un plus grand accès à son marché intérieur aux investisseurs étrangers, la Chine continuera de soutenir la mondialisation en aidant à corriger les déséquilibres commerciaux mondiaux. Les efforts visant à stimuler la demande intérieure créeront une nouvelle expansion et des opportunités pour les investisseurs nationaux et étrangers, stimulant ainsi la future croissance économique mondiale.

Il est donc naïf de croire que le découplage technologique forcé, les sanctions commerciales ou les modifications forcées des chaînes d’approvisionnement mondiales mettront un terme à l’expansion économique future de la Chine. Si les critiques sont trop myopes pour voir cela, ce sera leur perte.

Zhang Jun est doyen de la School of Economics de l’Université Fudan et directeur du China Center for Economic Studies, un groupe de réflexion basé à Shanghai.

Copyright: Project Syndicate, 2020.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *