La sexualité en Chine s’est développée sous l’influence du taoïsme, qui mène à l’harmonie de l’âme, du corps et de l’esprit. Le but du Tao sexuel est la jouissance et la santé de la femme et la vitalité de l’homme sans perte.

En amour, l’homme «yang» puise son énergie et s’en nourrit dans la femme «yin» en la faisant jouir à l’envi, sans éjaculer. Dans les pratiques taoïstes, l’orgasme de la femme est précieux, mais en termes d’échange du yin et du yang. La femme ne perd pas d’énergie jing, elle en gagne et peut aller ou pas vers l’orgasme selon son désir.

La femme peut être le moteur du plaisir de l’homme. Tous les deux peuvent par la respiration et l’intention guider leurs sensations et celles de son conjoint.

Les mots pour en parler sont teintés de poésie, de métaphores et d’images précieuses. « Mais ça, c’était avant la domination mandchoue de 1644 à 1912, puis l’avènement de Mao en 1966, qui portent un coup d’arrêt à cet érotisme ancestral, réservé encore et toujours aux classes dominantes. Depuis, si les Chinois ont pour la plupart bravé ces interdits, ils ont laissé des traces », a expliqué Philippe Brenot sur le site Version Femina.

Le Tao est une pratique ancestrale, avec des principes sur le sexe. Équitable, cette branche du taoïsme met l’homme et la femme à la même place, car ils œuvrent ensemble dans la recherche du plaisir mutuel et de l’union suprême.

Outre le côté sexuel, le taoïsme enseigne l’art d’aimer comme principe de base fondamental pour réussir un mariage. Ainsi dans le couple, l’amour est inséparable du désir physique et mental. De fait, l’homme et la femme sont chacun des partenaires actifs dans l’acte sexuel.

Pour le taoïsme, le sexe est une fonction vitale de l’être humain. Le Qi, qui est l’énergie de vie sur lequel tout repose, a besoin de relations sexuelles pour survivre et s’équilibrer.

Le tao ne définit par le sexe quelque chose de bon ou de mauvais, mais acte que sa pratique peut apporter de bons ou mauvais effets. Ainsi, une mauvaise pratique, position ou intention peut entraîner des douleurs physiques et psychiques.

Le taoïsme enseigne donc la maîtrise des énergies vitales. Une bonne circulation sanguine garantit un meilleur flux pour les énergies vitales. La respiration est importante pour garder le contrôle et éviter des problèmes physiques, elle permet aussi de maîtriser son plaisir.

Plusieurs points sont avancés par le Tao pour parvenir au plaisir : l’éveil de la sensibilité féminine par un jeu lent de pénétration, le temps importe peu, l’observation indispensable de l’approche de l’orgasme chez le ou la partenaire, apprendre à faire monter l’énergie des organes sexuels jusqu’à la tête.

Le taoïsme préconise des positions pour faire l’amour : il y a les 4 positions fondamentales et 26 variantes. Les noms donnés aux différentes positions font référence à des animaux comme « le ver à soie tissant son cocon », « les deux poissons côte à côte », « les Hirondelles amoureuses », « le coursier lancé au galop », la « cigale brune collée à une branche ».

Le concept de Yin et Yang est aussi important dans le taoïsme. Le Yang correspond au masculin, tandis que Yin se réfère au féminin. L’homme et la femme représente une dualité, avec une signification particulière dans le concept Yin/Yang. Raison pour laquelle, toutes les positions et l’action dans l’amour ont de l’importance pour lier ces deux opposés.

Selon des textes taoïstes, une personne doit éviter d’avoir des rapports sexuels lors des quarts ou pleines Lune et les jours de grands vents, de pluie, de brouillard, de froid ou de chaleur, de tonnerre, de foudre, d’éclipses solaires et lunaires, d’arcs en ciel et des tremblements de terre. Avoir des relations sexuelles à ces moments nuiraient à l’esprit de l’homme et amènerait la maladie à la femmes.