Suite à la nouvelle que SenseTime a relancé 767 millions de dollars d’introduction en bourse à Hong Kong après l’interdiction d’investissement américaine, Swati Verma, chef de projet associé de la recherche thématique chez GlobalData, a expliqué que « les entreprises chinoises de technologie, de médias et de télécommunications (TMT) sont directement ou indirectement touchées par l’impasse géopolitique entre les États-Unis et la Chine ».

En conséquence, plusieurs sociétés chinoises cotées aux États-Unis ont dû lancer leurs cotations secondaires en Chine ou à Hong Kong. Un nombre croissant de sociétés chinoises de TMT annulent également leur projet de cotation aux États-Unis. SenseTime a été inclus sur la liste noire américaine, empêchant les investisseurs américains de détenir des actions de la société, ce qui compromettrait les perspectives de toute cotation.

Les sociétés chinoises de TMT ont précédemment choisi de s’inscrire aux États-Unis pour obtenir une plus grande liquidité et s’adresser à une base d’investisseurs plus large. Depuis début 2018, 86 entreprises chinoises sont cotées sur les bourses américaines et ont levé 31,6 milliards de dollars, selon GlobalData.

Cependant, ils continuent de faire face à des défis réglementaires dans un contexte géopolitique tendue. Les réglementations exigent que les entreprises établissent qu’elles ne sont pas détenues ou contrôlées par un gouvernement étranger et autorisent le Public Accounting Oversight Board des États-Unis à examiner leurs audits financiers. Ces réglementations impactent à la fois les entreprises chinoises déjà cotées aux États-Unis ou celles qui envisagent de s’inscrire aux États-Unis.

Alors que les entreprises chinoises sont confrontées à un environnement plus hostile aux États-Unis, elles ont lancé des cotations secondaires en Chine ou à Hong Kong. En 2019, Alibaba a finalisé sa cotation secondaire à Hong Kong.

En 2020, JD.com et NetEase Games ont suivi le chemin du retour. 2021 a vu les cotations secondaires de Baidu et Bilibili à Hong Kong et China Telecom à Shanghai. GlobalData s’attend à ce que cette tendance se poursuive, car de plus en plus d’entreprises se retirent des bourses américaines ou sont inscrites sur la liste des entités interdites.

« Le dernier à rejoindre la liste est la licorne chinoise IA SenseTime. Il a dû suspendre sa première tentative d’introduction en bourse à Hong Kong, car il a été placé sur la liste noire des investissements américains. Alors que la société a maintenant relancé son introduction en bourse à Hong Kong, elle a dû exclure les investisseurs américains, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur le cours de son action et sa liquidité », a expliqué Swati Verma.