Isolée au sud de la Chine entre les provinces du Sichuan, Yunnan, Guangxi et Hunan, la province du Guizhou possède des reliefs accidentés et une végétation dense lui donnant sa beauté naturelle. Les chinois appellent Guizhou, la « province des parcs », car elle possède des nombreux parcs protégés, composés d’une faune et d’une flore luxuriante. La province abrite également d’imposantes montagnes et rizières.

1_zhenyuan_panorama_2015

Zhenyuan

17 ethnies vivent dans les montagnes et villages de cette province, hormis les Han (ethnie majoritaire) : Miaos, Zhuangs. Hmong, Buyei, Dong, Tujia, Yi, Lai, Deng ou Mishmi, Gejia, Khmu, Mang Juifs de Kaifeng, Gelao, et entre autres Sui.

Par exemple, l’ethnie Sui, appelée le « Peuple de l’eau » est l’une des ethnies dont la culture est la plus importante, mais elle est aussi la plus pauvre économiquement du pays. Inversement pour la communauté Zhuang, plus grande ethnie de Chine, après les Hans, avec 18 millions d’individus. Des spectacles de musique et des danses folkloriques sont organisés quotidiennement, mettant en scène les costumes, la langue et les arts propres de chacune des ethnies présentes à Guizhou.

Son tissu industriel tourne autour du bois de construction, de la sylviculture, et des secteurs tels que l’énergie. La province extrait du charbon, des pierres à chaux, de l’arsenic, du gypse, du schiste pétrolifère. Mais le sol abrite surtout des gisements de phosphore, dans le district de Kaiyang.

Le plateau de Guizhou est considéré comme le plus riche de Chine du Sud, car il possède d’importantes ressources minérales. De plus, la ressource la plus visible sur le territoire est le riz. Des aménagements ont été spécialement mis en place, afin d’en produire abondamment. Le climat froid et humide permet aussi la culture du maïs, des pommes de terre, du colza et du tabac. La végétation offre des forêts de cèdre et de pin, mais les produits les plus commercialisés venant de Guizhou sont l’huile d’abrasin, la laque et la noix de galbe.

Une province à l’état pur

Moins prisé par les chinois et les touristes que la province du Yunnan, Guizhou possède un paysage naturel impressionnant avec des cascades, vallées, monts, lacs, sources thermales, grottes karstiques, mais surtout des parcs naturels. Parmi les lesquels : les monts Fangjingshan, la forêt vierge de la région karstique Maolan, la forêt de pierre de Nidang, les cryptogames vasculaires de Chishui, les oiseaux du lac Caohai et également les arbres à feuilles persistantes et larges de la zone tropicale de l’Asie Centrale de Xishui.

1_zhaoxing_2015

Zhaoxing

Il y a aussi la chute Huangguoshu, la plus grande de Chine, d’une hauteur de 57 m et d’une largeur de 50 m ; le parc Huaxi appelé « Ruisseau des fleurs », qui donne l’impression d’être né de la nature ; le Parc souterrain « parc Nanjiao », composé de différents durcissements, grottes à ciel ouvert, et d’un rideau calcaires avec en prime une vue sur la montagne à sa sortie, et – entre autre – le lac Chaohai où vivent des milliers d’oiseaux. Encadré par des parterres de fleurs multicolores sur le plateau Weining, à 2.000m de haut, ce lac a une superficie de plus 70.000 hectares.

En plus de sa nature, Guizhou abrite d’imposants monuments historiques emblématiques, tels que le tombeau de Yangcan à Zunyi, la Grotte du Dragon vert de Zhengyuan, le caveau de Madame Shexiang de Dafang, qui est l’ancien emplacement du camp de concentration Xifeng, et la villa du chef de la tribu des Yi de Bijie.

Guizhou faite pour être visitée

L’eau-de-vie Maotai fait la renommée de la province, elle se vend principalement dans le village de Maotai dans le district de Renhuai. Cet alcool est très apprécié des chinois et des étrangers. A tel point, qu’elle a reçu le titre de la seconde boisson alcoolisée du monde lors de la Foire internationale de Panama en 1919. Vieille de 200 ans, cette eau-de-vie est parfumée et douce.

Un autre site fait de Guizhou une province exceptionnelle : « Le pont du vent et de la pluie », dans la ville de Chengyang. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, la structure est entièrement construite en bois et tuiles, d’une longueur de 76m avec 5 pavillons à toitures superposées. Son édifice se tient sans objet métallique depuis des siècles.

De son côté, le village de Ping’an est recouvert en majeur partie (60km²) par des rizières en terrasse de « l’épine dorsale du dragon », qui prennent la morphologie des collines environnantes.

La grotte de Longgong, à environ 30km de Anshun, et de nombreuses cavernes souterraines reliées entre elles, forment un réseau à travers une vingtaine de montagnes. Ces grottes cachent des sources thermales, comme celle de Xifeng, qui est un centre de cure thermale avec une eau à 57°.