Le président Xi Jinping a décidé de faire de toute l’île de Hainan une zone de libre-échange pilote et une destination touristique majeure.

Le Comité central du PCC a soutient les efforts cette initiative visant à faire de toute l’île une zone de libre-échange pilote, à explorer progressivement et à améliorer constamment la mise en place d’un port de libre-échange à la chinoise et à promulguer, pas à pas et par étapes, les politiques et les systèmes institutionnels pour ce port de libre-échange.

A l’occasion de la commémoration du 30e anniversaire de la fondation de la province de Hainan et de la Zone économique spéciale de Hainan, Xi Jinping a exhorté la province à «donner la priorité à l’ouverture, à mettre en œuvre une stratégie d’ouverture plus proactive, à accélérer la mise en place d’un nouveau système pour l’économie ouverte, et à promouvoir la formation d’un nouveau modèle d’ouverture dans tous les domaines».

Ancienne île abritant des pêcheurs et des paysans pauvres, Hainan est devenue aujourd’hui «un exemple vivant de l’avenir chinois prometteur» avec une population de plus de 9 millions d’habitants. Depuis 2012, le PIB de Hainan a augmenté en moyenne de 8,1% par an pour s’établir à 446 milliards de yuans (58,22 milliards d’euros) en 2017.

Ce développement économique est primordial pour Xi Jinping, qui a assuré que l’île «s‘efforcera d’être un modèle vivant pour le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère». D’ailleurs, le gouvernement a annoncé qu’elle autoriserait à partir du 1er mai les voyageurs étrangers en provenance de 59 pays à se rendre sans visa pendant 30 jours sur l’île.

Parmi les Etats concernés figurent la France, la Suisse, la Belgique, le Canada, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Italie ou encore l’Espagne. Cette île, située en mer de Chine méridionale, est surnommée «le Hawaï chinois» en raison de ses cocotiers et de ses plages de sable blanc.