Hong Kong va reprendre ses vols internationaux en provenance de neuf pays dont la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis à partir d’avril, a annoncé la cheffe de l’exécutif local Carrie Lam.

Yuen Kwok-yung, conseiller du gouvernement et professeur à l’université de Hong Kong, a estimé le nombre de personnes infectées à environ 2,5 millions sur les 7,5 millions de personnes vivant à Hong Kong, a rapporté le South China Morning Post. Ce dernier ne pense pas que le virus puisse être éliminé, la politique « zéro covid » a échoué à Hong Kong.

Lire aussi : Hong Kong impose trois tests de depistage obligatoires à tous ses résidents

Malgré le nombre élevé d’infections, le gouvernement de Hong Kong considère que le pic de la vague est passé et a annoncé un assouplissement des restrictions.

« A partir du 1er avril, le gouvernement de Hong Kong lèvera l’interdiction de vols depuis neuf pays », a-t-elle déclaré, levant ainsi une mesure de lutte contre le Covid-19 mise en place début janvier.

Après l’apparition à Hong Kong du variant Omicron hautement contagieux en janvier, les autorités avaient interdit les vols en provenance de huit pays : la France, les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, les Philippines, le Pakistan et l’Inde, avant d’ajouter le Népal en février.

Mais le bilan de l’épidémie a rapidement augmenté, malgré les mesures de plus en plus sévères instaurées auprès de plus d’un million de cas de coronavirus et 5 600 décès pour une population de plus de 7 millions d’habitants.

L’interdiction de vols « n’est plus opportune », a souligné Carrie Lam. Cette dernière a indiqué que « la situation épidémique dans ces pays n’est pas pire que celle de Hong Kong, et la plupart des personnes qui arrivent ne présentent pas de symptômes graves. Prolonger cette mesure ne fera qu’ajouter aux inquiétudes des résidents de Hong Kong bloqués là-bas. »

Le gouvernement de Carrie Lam a été vivement critiqué pour sa gestion de la crise et une communication peu claire sur la situation, depuis que le territoire est frappé par une cinquième vague de coronavirus liée au variant Omicron.

La crainte d’un confinement du territoire a semé la panique en février 2022. A tel point que les habitants se sont rués dans les supermarchés pour acheter des produits de première nécessité. La situation a d’ailleurs conduit à un exode sans précédent des résidents étrangers et locaux.

La flambée des cas de Covid-19 s’est produite alors même que Hong Kong a mis en place, dès le début de la pandémie, des restrictions aux frontières et des mesures de distanciation sociale parmi les plus strictes de la planète, à l’exception de la Chine continentale.