Le géant chinois des télécoms Huawei dénonce l’attaque «contre l’ordre libéral fondé sur des règles» de la part des Etats-Unis et souhaite que l’Europe réagisse.

Abraham Liu, représentant principal de Huawei auprès de l’UE, a appelé les européens à ne pas rester les bras croisés face aux attaques de l’administration américaine dont la compagnie se dit «victime».

Après le placement de Huawei sur la liste noire du président Donald Trump, Google a renoncé progressivement à sa coopération avec l’entreprise chinoise. Suite à cela, Abraham Liu a plaidé la cause de sa société auprès des européens.

«Ce n’est pas seulement une attaque contre Huawei. C’est une attaque contre l’ordre libéral fondé sur des règles. C’est dangereux», a-t-il lancé à propos de l’offensive américaine. «Maintenant, cela arrive à Huawei. Demain, cela peut arriver à n’importe quelle autre compagnie internationale», a-t-il ajouté.

Il a demandé aux européens : «pouvons-nous fermer les yeux sur un tel comportement ? Si nous fermons nos yeux, quelles seront les conséquences probables d’une telle complaisance ?».

Abraham Liu a également promis que Huawei allait dissipé les inquiétudes des Européens face aux risques supposés d’espionnage de la part de la compagnie chinoise. «Chez Huawei, nous comprenons les préoccupations des gouvernements européens en matière de sécurité et nous sommes prêts à faire davantage», a-t-il dit.

D’ailleurs, «en raison de l’importance de la 5G, en tant que leader du secteur, Huawei est prêt à signer des accords de non-espionnage avec les gouvernements et les clients dans tous les États membres de l’UE», a-t-il assuré.