jeudi, juin 20

Jean-Pierre Raffarin, «le futur ne se fera pas sans la Chine»

Interviewé par l’animateur de CGTN English, Zou Yue, dans l’émission «Dialogue», l’ancien Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, a partagé son analyse du développement de la Chine.

Ces dix dernières années, Jean-Pierre Raffarin s’est lancé dans la promotion des échanges entre la Chine et la France, et tente de faire comprendre le concept de gouvernance de la Chine.

La gouvernance de la Chine, par Xi Jinping.

Pour le français, les Livres «Xi Jinping : La gouvernance de la Chine» proposent «une stratégie claire [pour] la Chine, et il est important que tout le monde comprenne [cette] stratégie claire».

Beaucoup pensent que la Chine deviendra une «superpuissance» en termes de développement de son marché, mais  selon le Premier ministre français, la Chine souhaite principalement développer un socialisme aux caractéristiques chinoises.

«Mais avec Xi Jinping, il est clair que la caractéristique chinoise du socialisme est le point principal. Et le principal est la direction du Parti communiste. Il est donc clair que c’est ainsi que fonctionne le modèle politique» de la Chine.

Ce dernier a souligné que «nous avons beaucoup de vision dans le livre de Xi Jinping, par exemple, l’innovation. Je pense que c’est un mot très important. C’est un livre sur l’innovation, et il y a toujours des mots très forts pour les jeunes et pour demander aux jeunes d’être innovants. Et d’aller dans les cursus du centre d’innovation universitaire et ainsi de suite pour développer l’innovation pour inventer, pour penser l’avenir. Et je pense que le point principal de ce livre est de choisir l’avenir, de choisir l’innovation».

Selon lui, les relations entre la Chine et l’Union européenne ont récemment été confrontées à des difficultés concernant ce que cette dernière considère comme des « problèmes de droits de l’homme » en Chine, et certaines craintes que cela ne compromette l’accord d’investissement Chine-UE.

Lire aussi : Suspension de l’accord UE-Chine, Angela Merkel le juge «important»

Pour Jean-Pierre Raffarin, la Chine et l’Europe doivent se respecter dans le domaine politique car elles ont des modèles politiques différents. Se battre contre un pays pour des raisons idéologiques ou stratégiques est imprudent. « Nous ne pouvons pas [réussir] seuls, et nous devons coopérer », et « il n’y a pas d’avenir sans la Chine », a-t-il souligné.

D’ailleurs, ce dernier a indiqué que « la Chine a une civilisation très ancienne et profonde qui n’est pas si facile à comprendre ». « J’ai fait mon premier voyage [en] Chine il y a 50 ans, et j’ai fait peut-être plus de 100 [voyages] en Chine [depuis], mais je ne connais qu’une très petite partie du pays », a-t-il déclaré.

Le spécialiste français de la Chine a suggéré qu’en dépit des différences politiques, la Chine et l’Europe doivent poursuivre une coopération économique gagnant-gagnant et promouvoir des consensus communs vers de nouveaux défis. Pour ce dernier, il a franchement souligné que pour ces défis, tels que le changement climatique, les deux parties ont de nombreuses raisons de travailler ensemble.

« Nous pouvons avoir des différences, mais j’aimerais avoir une vision très longue. Et cette vision est que nous devons avoir une coopération avec la Chine« , a déclaré Raffarin.

Alors que les États-Unis s’engagent à coordonner leurs positions avec leurs alliés, y compris l’Europe, pour rivaliser avec la Chine, certains se demandent comment les pays européens devraient ajuster leurs approches envers la Chine.

Jean-Pierre Raffarin a déclaré que bien qu’elle ait un partenariat très ancien avec l’Amérique, l’Europe devrait se présenter comme une «Europe souveraine» et avoir sa propre stratégie indépendante à l’avenir. « Nous voulons avoir un bon partenariat avec l’Amérique, également avec la Chine », a déclaré l’ancien Premier ministre français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *