La Chine a exhorté l’Australie « à faire face directement à l’essentiel du revers actuel dans les liens bilatéraux et à faire davantage pour renforcer la confiance mutuelle et promouvoir la coopération entre les deux pays ».

Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré lors d’un point presse que « la raison fondamentale de la forte baisse des liens entre la Chine et l’Australie est que certaines personnes en Australie sont restées coincées à la mentalité de la Guerre froide et aux préjugés idéologiques, ont considéré le développement de la Chine comme une menace, et ont dit du mal du pays en agissant de manière inappropriée à son égard ».

Ce dernier a estimé que l’Asutralie avait « violé de manière flagrante les normes fondamentales des relations internationales, s’est exprimée et a agi à plusieurs reprises de manière inconvenante sur des questions concernant les intérêts fondamentaux de la Chine », notamment celles de Hong Kong, du Xinjiang et de Taïwan.

Pour Zhao Lijian, les prises de position de l’Australie constituent une « ingérence importante dans les affaires intérieures de la Chine et avait gravement blessé les sentiments du peuple chinois ».

« Certaines personnes en Australie ont calomnié et accusé la Chine de s’engager dans des soit-disant ‘activités d’intervention et d’infiltration’ en Australie sans aucune preuve, et ont cherché à politiser, stigmatiser et créer des barrières contre la coopération et les échanges normaux entre les deux pays », a dénoncé le porte-parole du ministère des affaires étrangères

Il a également critiqué l’Australie pour sa manipulation politique de l’épidémie de Covid-19. En effet, la ministre australienne des affaires étrangères, Maryse Payne, avait accusé la Chine de ne pas avoir réagi de manière efficace dans les premières semaines de l’épidémie de Covid-19 et d’avoir minimisé ses conséquences sur son territoire.

Marise Payne avait aussi demandé « une évaluation transparente et honnête des événements (qui, ndlr) sera essentielle à mesure que nous sortirons de la pandémie et tirerons des leçons importantes pour améliorer notre réponse à l’avenir ».

A la suite de ces accusations, la Chine avait menacé de boycotté les produits australiens, notamment l’orge, le charbon, la langouste, le boeuf et le vin. « Ces pratiques ont gravement porté atteinte à la confiance mutuelle entre les deux pays, empoisonné les liens bilatéraux et réduit l’élan du développement des relations entre la Chine et l’Australie« , selon le porte-parole.

Lire aussi : Les investissements de la Chine en Australie plongent

« La partie australienne devrait y faire face directement et y repenser sérieusement, au lieu de faire des contre-allégations infondées et de rejeter les responsabilités », a déclaré ZHao Lijian.

Il a indiqué que la Chine ne voulait pas des tensions actuelles dans les relations et n’était pas responsable de cette situation.

L’Australie « devrait faire face directement à l’essentiel du revers actuel dans les relations bilatérales, considérer la Chine et le développement chinois objectivement et rationnellement, gérer les relations bilatérales conformément aux principes de respect mutuel et d’égalité de traitement, et faire d’avantage pour renforcer la confiance mutuelle et promouvoir la coopération pratique entre les deux pays », a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Chine.