La Chine a déclaré ce 14 novembre que le pays aidait le Cambodge à moderniser sa base navale, a indiqué la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mao Ning.

Le 12 novembre, le président américain Joe Biden a fait part au dirigeant du Cambodge de ses inquiétudes concernant les activités chinoises sur sa base navale de Ream, soulignant l’importance d’une transparence totale, a indiqué la Maison Blanche.

En août, le Cambodge et la Chine ont organisé une cérémonie pour la pose de la première pierre d’un projet de modernisation de la base navale de Ream au Cambodge. L’événement avait suscité des inquiétudes aux Etats-Unis, où le Washington Post assurait que la Chine serait secrètement en train de construire une partie des installations navales qui seraient à l’usage exclusif de l’armée chinoise.

Lire aussi : Tokyo préoccupé par la modernisation d’une base cambodgienne financée par Pékin

Les deux gouvernements ont nié que la Chine était autorisée à établir sa propre base militaire dans le pays, et le gouvernement cambodgien avait indiqué que sa constitution interdit les bases militaires étrangères sur son sol.

Lire aussi : Le Cambodge et la Chine nient construire une base navale secrète

En octobre, le porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis à Phnom Penh, Chad Roedemeier, avait déclaré dans un communiqué que le « gouvernement cambodgien n’a pas fait preuve d’une transparence totale quant à l’intention, la nature et la portée de ce projet ou au rôle des militaires de la République populaire de Chine, ce qui suscite des inquiétudes quant à l’utilisation prévue de l’installation navale ».

Lors d’une conférence de presse, ce 14 novembre, la porte-parole Mao Ning, a indiqué que « la Chine et le Cambodge sont des partenaires de coopération stratégiques globaux. Notre coopération dans divers secteurs est ouverte, transparente, légitime et justifiée ».

Cette dernière a ajouté que « la modernisation de la base navale de Ream au Cambodge avec l’aide de la Chine est une activité normale d’assistance au Cambodge. Il vise à renforcer la capacité de la marine cambodgienne à défendre son intégrité territoriale maritime. Il est conforme aux lois nationales des deux pays ainsi qu’au droit international et aux pratiques coutumières internationales. Il ne cible aucun tiers. La partie cambodgienne a apporté des éclaircissements à ce sujet à plusieurs reprises. Nous espérons que les pays extérieurs à la région verront les échanges et la coopération normaux entre la Chine et le Cambodge tels qu’ils sont ».