La Chine a dénoncé une « manipulation » des États-Unis après la publication d’un rapport du Pentagone, assurant d’une accélération plus rapide qu’anticipé du programme nucléaire chinois.

Dans un rapport, le ministère américain de la Défense a estimé que la Chine développe son arsenal nucléaire beaucoup plus vite et peut déjà lancer des missiles balistiques armés de têtes nucléaires depuis la terre, la mer et les airs. Pour le Pentagone, la Chine modernise son armée pour « contrer les États-Unis » dans la région indo-pacifique et faciliter une réintégration de Taïwan.

En réponse, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a accusé les États-Unis de chercher à « monter en épingle » la thèse d’une menace de la Chine. « Le rapport publié par le Pentagone, comme les précédents, ignore les faits et est rempli de préjugés », a indiqué Wang Wenbin, lors d’un point presse.

WASHINGTON CRAINT UNE TRIADE NUCLÉAIRE CHINOISE

Dans la précédente édition de ce rapport destiné au Congrès, publiée le 1er septembre 2020, le Pentagone évaluait que la Chine comptait « environ 200 » ogives nucléaires, mais considérait que ce chiffre allait doubler au cours des dix années suivantes.

Avec 700 ogives nucléaires dès 2027 et 1.000 d’ici 2030, les nouvelles projections des militaires américains montrent une accélération très forte des activités nucléaires de Pékin. « La Chine a probablement déjà établi une ‘triade nucléaire’ naissante », c’est-à-dire la capacité de lancer des missiles nucléaires balistiques depuis la mer, la terre et les airs, selon ce document.

Pour parvenir à ces chiffres, les auteurs du rapport se sont notamment basés sur des déclarations de responsables chinois dans des médias officiels et sur des images satellites montrant la construction d’un nombre important de silos nucléaires, a indiqué à la presse un haut responsable du ministère de la Défense.

Ce dernier a indiqué que seule partie du document a été rendue publique, le reste étant classé secret-défense. « C’est très inquiétant pour nous », a admis ce responsable ayant requis l’anonymat, ajoutant que cette accélération « soulève des questions sur leurs intentions ».

Même avec 1.000 têtes nucléaires, l’arsenal chinois serait loin d’égaler celui des États-Unis et de la Russie qui possèdent à elles deux plus de 90% des armes nucléaires mondiales: 5.550 pour Washington et 6.255 pour Moscou, selon les estimations de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

PÉKIN DÉNONCE UNE « MANIPULATION » DE WASHINGTON

Ce dernier a fustigé une « manipulation » de Washington, et un rapport qui « ignore les faits et est rempli de biais ». Wang Wenbin a indiqué que « la principale source de menaces nucléaires dans le monde n’est pas d’autre, mais les États-Unis eux-mêmes ».

Selon les statistiques des groupes de réflexion internationaux pertinents, au début de 2021, les États-Unis possédaient en réalité 5 550 ongles nucléaires. Malgré possession de l’arsenal nucléaire le plus important et le plus avancé au monde, les États-Unis investissent toujours des milliards de dollars pour améliorer sa « triade nucléaire », développant des armes nucléaires à faible rendement et réduire le seuil d’utilisation des armes nucléaires, a expliqué Wang Wenbin.

Ce dernier a indiqué que « les États-Unis sont retirés des instruments juridiques du contrôle des armements tels que le traité sur la limitation des systèmes de missiles anti-balistiques et du traité sur les forces nucléaires intermédiaires, continuent de faire progresser le déploiement de systèmes antimissile dans le monde entier, ont repris la recherche et développement et tests de missiles terrestres intermédiaires et cherché à les déployer en Europe et en Asie-Pacifique, et constituaient une petite clique avec des nuances fortes de guerre froide à travers la coopération sous-marine nucléaire de l’Aukus ».

La diplomatie chinoise a indiqué que les États-Unis sapent gravement la stabilité stratégique globale et la paix et la sécurité internationales. « La Chine exhorte les États-Unis à assumer sérieusement ses responsabilités spéciales et primaires au désarmement nucléaire et à réduire considérablement son stock nucléaire de manière vérifiable, irréversible et juridiquement contraignante de défendre l’équilibre stratégique global et la stabilité ».

« Je tiens à souligner que la Chine reste fermement attachée à une stratégie nucléaire autonome défensif, préconise activement l’interdiction complète ultime et la destruction complète des armes nucléaires et maintient sa force nucléaire au niveau minimal requis pour la sécurité nationale », a indiqué Wang Wenbin.

« La Chine demeure par la politique de no-utérité d’armes nucléaires à tout moment et en toutes circonstances et s’engage sans équivoque de ne pas utiliser ni de menacer d’utiliser des armes nucléaires contre des zones d’armes non nucléaires ou des zones exemptes d’armes nucléaires inconditionnellement. Aucun pays ne sera menacé par les armes nucléaires de la Chine, tant qu’il n’utilise pas d’armes nucléaires contre la Chine », a assuré le porte-parole de la diplomatie chinoise.