« La Chine devrait rejoindre le Club de Paris »

par | Déc 28, 2020 | Coin des Idées, OPINIONS, Project Syndicate, Selection de la rédaction, Tribunes

De Project Syndicate, par Anders Åslund et Djoomart Otorbaev – L’endettement mondial n’a jamais été aussi élevé qu’il ne l’est aujourd’hui. Avec des taux d’intérêt si bas depuis si longtemps, quiconque a pu emprunter l’a fait. Mais, même avec des coûts d’emprunt extrêmement bas, les retombées économiques de la pandémie ont obligé un pays vulnérable après l’autre à déclarer un défaut souverain ou à signaler qu’il pourrait le faire bientôt. Pire encore, le principal créancier des économies émergentes en difficulté, la Chine, a peu d’expérience dans la gestion des défauts souverains en cascade.

Le 13 novembre, la Zambie est devenue le sixième pays à faire défaut sur ses obligations souveraines cette année (après l’Argentine, le Belize, l’Équateur, le Liban et le Suriname). D’autres suivront probablement. Fitch Ratings attribue désormais à 38 obligations souveraines un B + ou pire, où B dénote un risque de défaut «important».

Pendant ce temps, d’autres pays cherchent à restructurer leur dette pour éviter un défaut. Par exemple, la dette publique totale du Kirghizistan à la fin juin s’élevait à 4,7 milliards de dollars, dont 4,1 milliards de dollars à des créanciers étrangers, dont 1,775 milliard de dollars à la Chine.

Le Kirghizistan n’est guère seul. En 2018, 72 pays en développement à faible revenu avec une dette totale de 514 milliards de dollars devaient 104 milliards de dollars aux créanciers chinois (106 milliards de dollars à la Banque mondiale et 60 milliards de dollars aux obligataires privés). Cela comprend les prêts directs du gouvernement chinois; les prêts de «banques politiques», telles que la Banque chinoise de développement; et les prêts non concessionnels des entreprises commerciales publiques.

D’autres sources chinoises indiquent que l’encours de la dette est encore plus important que ne le suggèrent ces chiffres publiés. À la fin de 2017, la Banque populaire de Chine a indiqué que le pays détenait 637 milliards de dollars de prêts internationaux. Il ne fait aucun doute que la Chine est désormais aux commandes de la gestion du problème de la dette souveraine des pays en développement. La question est de savoir s’il sait conduire.

Depuis le début de la pandémie, un large consensus mondial sur la restructuration de la dette souveraine s’est progressivement dessiné. Lors des réunions de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale en avril, les ministres des Finances du G20 ont convenu de «soutenir une suspension limitée dans le temps des paiements du service de la dette» pour les 73 pays les plus pauvres du monde alors qu’ils combattaient la crise du COVID-19. Dans le cadre de cette Initiative de suspension du service de la dette (DSSI), environ 12 milliards de dollars de remboursements dus entre le 1er mai et la fin de l’année ont été rééchelonnés (et cette fenêtre a depuis été prolongée jusqu’à la mi-2021).

La Chine a pleinement joué son rôle dans la mise en œuvre de cette initiative, tout en surmontant ses propres difficultés liées à la pandémie. Comme l’a déclaré le président chinois Xi Jinping au reste du G20 en novembre: «Nous devons maintenir notre soutien aux pays en développement et les aider à surmonter les difficultés causées par la pandémie.»

Le soutien de la Chine est extrêmement important. En tant que premier créancier bilatéral des pays à faible revenu, de loin, la Chine représente environ 20% de la dette extérieure totale due par les 73 gouvernements éligibles au DSSI et environ 30% de leur service de la dette cette année. Bien que la DSSI soit un bon début, il s’agit d’une initiative ponctuelle, qui ne concernait que les pays les plus pauvres du monde. Étant donné que de nombreux pays à revenu intermédiaire peuvent faire défaut ou demander une restructuration de leur dette, un cadre plus large est nécessaire pour établir des règles universelles pour divers groupes de créanciers.

Heureusement, un tel cadre existe déjà: le Club de Paris des créanciers souverains, qui maintient des règles générales de gestion et de restructuration de la dette souveraine. Créé en 1956 lors de la première négociation entre l’Argentine et ses créanciers officiels à Paris, le groupe rassemble des fonctionnaires du ministère des Finances des principaux pays créanciers pour résoudre les difficultés de paiement des débiteurs.

Le problème est que la Chine, le plus grand prêteur souverain du monde, n’en fait pas partie, car d’autres grands créanciers se plaignent que ses prêts et conditions de prêt ne sont pas transparents. Un soupçon commun est que la Chine utilise cette opacité pour conclure des accords bilatéraux avec les gouvernements débiteurs qui sont à sa merci.

Mais maintenant que les défauts de paiement se multiplient et que des volumes de dette plus élevés sont en souffrance, la Chine elle-même pourrait rechercher une nouvelle approche. Après tout, il n’a pas très bien réglementé ses crédits, ses conditions de prêt ne sont pas standardisées et il a peu d’expérience en matière de restructuration de la dette – un processus généralement guidé par le FMI. Il est clair que les pays débiteurs, les autres créanciers et la Chine ont tous intérêt à ce qu’elle rejoigne le Club de Paris.

L’expérience de la Russie après l’effondrement de l’Union soviétique est illustrative. L’Union soviétique a fourni d’énormes sommes d’argent à de nombreux pays en développement à des conditions complexes et secrètes, et généralement à des taux d’intérêt très bas, ce qui ne permet pas de savoir si ce prêt est un prêt ou une subvention. Lorsque le gouvernement russe a décidé de nettoyer sa loi au milieu des années 1990, il a ouvert les livres sur ces prêts et s’est tourné vers le Club de Paris pour déterminer comment des règlements raisonnables pourraient être conclus.

En septembre 1997, la Russie est devenue un membre officiel du club, après quoi son ministre des Finances, Anatoly Chubais, a prévu que les remboursements annuels des pays débiteurs passeraient de 200 millions de dollars à au moins 500 millions de dollars, même si la Russie appliquerait une réduction de 30 à 80%. sur environ 37 milliards de dollars de la dette qui lui est due. Au final, l’arrangement a si bien fonctionné qu’on n’entend plus parler des prêts russes et du Club de Paris.

Alors que de plus en plus d’économies émergentes sont confrontées à la perspective d’un défaut de paiement, la Chine devrait suivre l’exemple de la Russie. Pour elle-même, et pour tous les autres, elle appartient au club.

Anders Åslund (ci-côté) est économiste suédois et chercheur principal au Atlantic Council à Washington. Djoomart Otorbaev (ci-contre) est un ancien Premier ministre du Kirghizistan.

Droits d’auteur: Project Syndicate, 2020.
www.project-syndicate.org

 

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :