samedi, mai 25

Étiquette : Club de Paris

« La Chine devrait rejoindre le Club de Paris »
COIN DES IDEES, Project Syndicate, Tribunes - Analyses

« La Chine devrait rejoindre le Club de Paris »

De Project Syndicate, par Anders Åslund et Djoomart Otorbaev - L'endettement mondial n'a jamais été aussi élevé qu'il ne l'est aujourd'hui. Avec des taux d'intérêt si bas depuis si longtemps, quiconque a pu emprunter l'a fait. Mais, même avec des coûts d'emprunt extrêmement bas, les retombées économiques de la pandémie ont obligé un pays vulnérable après l'autre à déclarer un défaut souverain ou à signaler qu'il pourrait le faire bientôt. Pire encore, le principal créancier des économies émergentes en difficulté, la Chine, a peu d'expérience dans la gestion des défauts souverains en cascade. Le 13 novembre, la Zambie est devenue le sixième pays à faire défaut sur ses obligations souveraines cette année (après l'Argentine, le Belize, l'Équateur, le Liban et le Suriname). D'autres suivron...
Club de Paris, Beijing n’a pas de raison d’adhérer
ECONOMIE, MONDE

Club de Paris, Beijing n’a pas de raison d’adhérer

Fondé en 1956, le Club de Paris est un "groupe informel" de pays dits "industrialisés", où la Chine et l'Afrique du Sud ont le statut d'observateur. Institution multilatérale, ce club a pour objectif de permettre "aux créanciers de recouvrer leurs créances en arriérés et de trouver une solution efficace et rapide aux crises de la dette souveraine". A l'occasion de la conférence du Forum de Paris à Bercy, Guo Kai, directeur général adjoint de la Banque Populaire de Chine, a évoqué l'engagement de son pays "à avoir un rôle plus constructif" au sein du Club de Paris. La Chine n'est pas membre à part entière du club, contrairement au Brésil, qui vient d'officialiser son adhésion à ce groupe de créanciers publics. "Même si nous ne sommes pas allés aussi loin que le Brésil, nous serons présen...