La Chine a annoncé son intention de donner aux Nations Unies 300.000 doses de vaccins contre la pandémie de Covid-19 pour les Casques bleus.

« Le 15 mars, l’ambassadeur chinois Zhang Jun auprès de l’ONU a envoyé une lettre au secrétaire général Antonio Guterres pour l’informer de la décision de la Chine de donner 300.000 doses de vaccins anti-Covid-19 aux Casques bleus, avec une priorité pour ceux déployés en Afrique« , a indique un communiqué de la mission chinoise.

« C’est une étape supplémentaire pour faire des vaccins chinois un bien public mondial, et aussi une démonstration du soutien ferme et continu de la Chine à l’ONU et au multilatéralisme », a ajouté le communiqué.

Le 17 février, le chef de la diplomatie chinoise avait déclaré devant le Conseil de sécurité, lors d’une rare session ministérielle consacrée aux vaccins, que la Chine entendait fournir des doses pour les Casques bleus, mais il n’en avait pas précisé le nombre.

« Au 15 mars, la Chine avait fourni une assistance vaccinale à 69 pays et à deux organisations internationales, et exporté des vaccins vers 28 pays », a précisé la mission diplomatique chinoise dans son communiqué.

D’ailleurs, la Chine continuera d’exporter les vaccins contre le COVID-19 tout en garantissant les besoins intérieurs, a déclaré Tian Yulong, ingénieur en chef du ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information, lors d’une conférence de presse.

Ce dernier a indiqué que « la capacité de production de la Chine continuera de croître, et la production poursuivra son expansion. Il en ira de même pour notre approvisionnement tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

La Chine a offert une aide vaccinale à plus de 50 pays et a exporté des vaccins vers 27 pays, selon les données du ministère des Affaires étrangères publiées fin février, a expliqué Tian Yulong.

« Je pense que les vaccins sûrs et de haute qualité de la Chine seront appréciés par davantage de pays, et nous sommes disposés à faire davantage d’efforts à cet égard », a-t-il ajouté.

Une initiative approuvée par Sourabh Gupta, chercheur principal à l’Institut d’études sino-américaines (ICAS) basé à Washington, qui a indiqué que « l’engagement et l’action de la Chine pour faire de son vaccin contre le nouveau coronavirus un bien public mondial aideront à renforcer ‘le maillon le plus faible’ de la bataille mondiale contre la pandémie ».

D’autant que « les vaccins sont une arme puissante contre le virus et apportent l’espoir de sauver des vies. Ils devraient servir au monde entier et profiter à toute l’humanité », a estimé le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi.

Ce dernier a dit espérer « que tous les pays compétents feront ce qu’ils pourront pour fournir des vaccins aux pays dans le besoin, en particulier aux pays en développement, afin que les gens du monde entier aient accès à des vaccins abordables, qui profitent vraiment aux gens ».