L’autorité chinoise du marché des droits de propriété intellectuelle a annoncé le 5 janvier que les plates-formes musicales numériques n’étaient pas autorisées à conclure des accords d’exclusivité.

Elles y auront droits en cas de circonstances exceptionnelles, une étape de plus dans le durcissement des règles antitrust dans le secteur privé.

L’Administration nationale chinoise du copyright a fait cette annonce à l’occasion d’une réunion à Pékin des principales plates-formes, maisons de disques et sociétés de droits du pays, selon un communiqué publié sur son compte officiel WeChat.

L’administration n’a pas précisé à quelles entreprises s’applique cette interdiction.

Dans le secteur, Tencent Holdings a déjà annoncé l’an dernier avoir mis fin à tous les accords d’exclusivité mais le constructeur de téléphones portables Xiaomi et les opérateurs China Mobile et Netease disposent chacun de leur service de diffusion musicale en ligne.

Le géant suédois du streaming, Spotify n’est pas autorisé à opérer en Chine continentale.