La Chine a envoyé le 9 octobre un satellite d’exploration solaire dans l’espace depuis le Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le nord-ouest du pays. Pékin souhaite ainsi contribuer aux recherches scientifiques visant à découvrir les secrets du Soleil.

L’observatoire solaire spatial avancé (ASO-S), surnommé Kuafu-1 en chinois, a été lancé à bord d’une fusée porteuse Longue Marche-2D, à 07h43 (heure de Beijing), et est entré sur l’orbite planifiée avec succès.

Après quatre à six mois de tests, le satellite de 859 kg commencera à fonctionner normalement à 720 kilomètres de la Terre pour étudier la causalité entre le champ magnétique solaire et deux phénomènes éruptifs majeurs (éruptions solaires et éjections de masse coronale), fournissant ainsi des données pour les prévisions météorologiques spatiales.

L’observatoire solaire, nommé d’après « Kuafu », un géant de la mythologie chinoise qui poursuivait inlassablement le soleil, étendra ses heures de travail à plus de 96% de l’année.

Fonctionnant sur une orbite héliosynchrone, il ne sera pas perturbé par les rotations de la Terre. « ASO-S est capable de sonder le soleil 24 heures sur 24 pendant la majeure partie de l’année », a déclaré Gan Weiqun, scientifique principal du satellite, de l’Observatoire de la montagne pourpre (OMP), de l’Académie des sciences de Chine (ASC).

« Son temps d’arrêt quotidien ne dépasse pas 18 minutes lorsqu’il traverse brièvement l’ombre de la Terre chaque jour de mai à août« , a indiqué le scientifique.

La sonde solaire, dont la durée de vie prévue est d’au moins quatre ans, est conçue pour accumuler et retransmettre environ 500 gigaoctets de données en une journée, soit des dizaines de milliers d’images de haute qualité.

« Les détecteurs embarqués prennent des photos toutes les quelques secondes ou minutes, et pendant les éruptions solaires, ils peuvent augmenter rapidement leur vitesse d’obturation jusqu’à une seconde seulement afin de capturer les activités solaires avec plus de détails », a déclaré Huang Yu, concepteur en chef associé du système d’application scientifique d’ASO-S.

Durant son fonctionnement en orbite, trois stations terrestres situées dans les villes de Sanya, Kashgar et Beijing, très éloignées les unes des autres, recevront des données de l’espace. Ces données seront par la suite envoyées par paquets au cours des quatre prochaines années à un puissant ordinateur de 2.048 coeurs installé à l’OMP pour les décoder. Fin