La principale autorité chinoise de planification économique a ordonné à ses agences régionales et aux principales compagnies de charbon du pays de collaborer à une enquête exceptionnelle sur la production, les coûts de distribution et les prix du charbon.

La Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) dit vouloir collecter des informations sur les coûts et les prix de vente des producteurs de charbon ainsi que sur les opérations d’achat et de vente des intermédiaires spécialisés dans le cadre des études en cours en vue d’une éventuelle intervention sur les prix.

Après avoir atteint le 19 octobre un niveau sans précédent, les cours à terme du charbon en Chine ont enchaîné trois séances consécutives de baisse en réaction aux déclarations de la CNDR sur la possibilité d’une intervention.

Le 21 octobre, leur baisse a atteint en séance jusqu’à 11%, la plus forte amplitude autorisée. A 1.587,4 yuans en clôture, le prix de la tonne de charbon affichait un repli de près de 20% par rapport au record de mardi mais restait près de trois fois supérieur à son niveau de la fin 2020. Il repartait à la baisse dans les transactions hors séance après l’annonce de l’enquête de la CNDR, avec un repli de 14%.

Le 23 octobre, quatre producteurs majeurs de charbon se sont ouvertement engagés à observer rigoureusement un plafonnement des prix pour le charbon thermique, ainsi qu’à assurer l’approvisionnement.

La Chine tente de garantir l’approvisionnement en électricité, avant que la saison de chauffage hivernal ne débute à la mi-novembre, lançant dans le même temps une campagne pour enrayer la flambée des prix du charbon.

L’entreprise d’Etat CHN Energy, qui représente 40% de l’approvisionnement en charbon pour les ports charbonniers autour de la baie de Bohai, a annoncé qu’elle avait décidé de plafonner les prix du charbon thermique de 5500 kcal/kg à 1800 yuans (242 €) par tonne. D’après l’entreprise, il s’agit d’une «mesure rapide quel qu’en soit le prix» pour ramener les prix du charbon à «des niveaux rationnels».

Les entreprises d’Etat China National Coal Group (China Coal) et Jinneng Holding Group, ainsi que le groupe privé Inner Mongolia Yitai, ont pris le même engagement, indiquant que le charbon thermique ne serait pas vendu à plus de 2000 yuans par tonne.

La Chine a lancé une campagne nationale avec de nombreuses mesures prises ces derniers jours pour endiguer la flambée des prix du charbon et assurer son approvisionnement face à l’approche de l’hiver.

L’enquête de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) portera donc sur la production et le processus de circulation du charbon sur la base de ses «mesures d’intervention spécifiques à prendre sur les prix du charbon» annoncées récemment et basées sur la loi nationale régissant les tarifications.

La CNDR a indiqué que l’augmentation rapide des prix du charbon poussait à la hausse les coûts pour les entreprises en aval et avait un impact négatif sur l’approvisionnement énergétique et le chauffage hivernal.

Interrogé par le CIIE, Li Chaolin, analyste du secteur, l’une des raisons expliquant cette flambée des prix est que la Chine a suffisamment de capacités de production de charbon, mais sa production réelle ne parvient toujours pas à répondre à la demande à l’approche de la saison de chauffage hivernal.

Après avoir centralisé certaines usines, les producteurs d’Etat de charbon contrôlent désormais la production nationale de charbon et leur engagement à être «prêts à renoncer à une partie des profits pour le bien commun et assurer un hiver chaud à la population» devrait rapidement avoir un impact.

Wang Yongzhong, le directeur de l’Institut d’économie et de politique mondial affilié à l’Académie des sciences sociales de Chine (ASSC), a explique que les voix de ces quatre entreprises, leaders du secteur, «représentent les actes spécifiques au niveau administratif national, permettant d’endiguer de manière effective la flambée des prix du charbon».