L’administration américaine a déclaré ce 21 novembre 2018 que la Chine n’avait pas modifié ses pratiques commerciales « déloyales », ce qui pourront attiser la tension à dix jours d’une rencontre prévue entre le président Xi Jinping et son homologue américain, Donald Trump.

Cette déclaration survient après la mise à jour de l’enquête ouverte par les services du représentant américain au Commerce sur les pratiques de la Chine en matière de propriété intellectuelle et de transferts de technologie. Cette enquête avait été la raison pour la Maison Blanche d’imposer des droits de douane sur 250 milliards de dollars (220 milliards d’euros) de produits chinois importés.

« Nous avons réalisé cette mise à jour dans le cadre de l’effort accru de surveillance et d’application des règles entrepris par cette administration », a déclaré dans un communiqué le représentant au Commerce, Robert Lighthizer.

« Cette mise à jour montre que la Chine n’a pas fondamentalement modifié ses pratiques déloyales, déraisonnables et de distorsion du marché qui sont le sujet du rapport de mars 2018 sur notre enquête dans le cadre de la section 301 », a indiqué ce dernier.

Cette section est tirée d’une loi datant de 1974 sur le commerce autorisant le président des Etats-Unis à prendre des sanctions commerciales contre des pays étrangers qui violeraient – selon eux – des accords commerciaux ou adopteraient des pratiques commerciales déloyales.