L’économie chinoise a connu au troisième trimestre un rebond de 4,9% sur un an, confirmant sa reprise après une chute historique du PIB en début d’année pour cause de coronavirus.

Sur la période de juillet à septembre 2020, l’économie chinoise a connu «une reprise soutenue» en dépit d’une conjoncture «difficile» tant en Chine qu’à l’étranger à cause de la pandémie de Covid-19, a indiqué le Bureau national des statistiques.

L’économie chinoise devrait continuer à être en tête de la reprise mondiale et pourrait atteindre une croissance du PIB proche du niveau d’avant la pandémie de Covid-19 au quatrième trimestre, après avoir progressé de 4,9% au troisième, ont indiqué les experts du BES.

La croissance chinoise est devenue positive, atteignant 0,7% en glissement annuel au cours des trois premiers trimestres, après une baisse de 1,6% au premier semestre. «L’économie chinoise a affiché une reprise continue au cours des neuf premiers mois de l’année et a obtenu des résultats significatifs dans la coordination du développement avec la prévention contre l’épidémie», a déclaré Liu Aihua, une porte-parole du BNS.

Cette dernière a expliqué que «la reprise de la demande intérieure a été forte, en particulier sur le front de la consommation», ajoutant que la stabilité de la situation épidémique avait restauré la confiance des consommateurs dans la consommation hors ligne et celle de services.

La croissance des ventes au détail est devenue positive pour la première fois de cette année au cours du dernier trimestre, s’établissant à 0,9% en glissement annuel. De plus, les investissements se sont redressés avec l’entrée en vigueur de politiques de soutien aux entreprises telles que des allégements fiscaux.

Ce répit a été marqué par une croissance des investissements en immobilisations de 0,8% de janvier à septembre 2020, contre une chute de 3,1% au cours des six premiers mois de l’année, a ajouté le BNS.

Concernant la production industrielle, le BES souligne que le pays avait enregistré une croissance de 6,9% en septembre, contre 5,6% en août.

Selon Liu Aihua, plusieurs facteurs devraient contribuer à soutenir la reprise au quatrième trimestre : la reprise de la demande, l’amélioration de la confiance et de la rentabilité des entreprises et une reprise plus équilibrée de la production.

Selon certains experts interrogés par les médias chinois, la croissance pourrait s’accélérer au quatrième trimestre à plus de 5% en glissement annuel, soit à un niveau proche du niveau pré-pandémique d’environ 6%.

La consommation va se redresser davantage grâce à la demande refoulée tandis que les investissements dans les infrastructures et les entreprises va continuer son accélération.

Lu Ting, économiste en chef pour la Chine chez Nomura Securities, a indiqué que les services et les ventes au détail devraient continuer à se redresser, tandis que les investissements liés aux infrastructures devraient s’accélérer grâce à une augmentation des dépenses publiques, ce qui a conduit à certaines prévisions de croissance de 5,7% pour le quatrième trimestre.

Wang Jun, chercheur au Centre chinois pour les échanges économiques internationaux à Beijing, a indiqué que les politiques macroéconomiques opportunes de la Chine soutiennent fortement la stabilité dans des domaines clés tels que l’emploi et le commerce extérieur.

Selon une enquête du BNS, le chômage urbain à l’échelle nationale s’est stabilisé à 5,4% en septembre, contre 5,6% en août. La valeur totale des importations et des exportations de biens a augmenté de 0,7% au cours des trois premiers trimestres, passant en territoire positif pour la première fois de cette année.

«Tous ces facteurs ont contribué à ancrer des attentes positives pour le développement futur de l’économie chinoise», a affirmé Wang Jun lors du forum organisé le 19 octobre par China News Service, prévoyant que l’économie devrait croître d’environ 5 à 5,5% au quatrième trimestre.

Cependant, les incertitudes géopolitiques et le risque d’une résurgence du Covid-19 en Chine persistent. Raisons pour lesquelles, les économiques appellent les décideurs politiques à maintenir les soutiens macroéconomiques au lieu de se précipiter pour annuler les politiques d’incitation.

«L’économie est toujours en phase de reprise et les bases d’une reprise durable doivent être consolidées», a déclaré Liu Aihua, ajoutant que de nombreux indicateurs économiques restaient négatifs.

De son côté, Lu Ting a appelé à la modération, et à ne pas être «trop optimiste», étant donné les obstacles restants tels que la situation pandémique mondiale et les tensions entre les deux plus grandes économies du monde.