« La politique africaine de la Chine : sincérité, résultats concrets, amitié et bonne foi »

par | Mar 25, 2021 | Chine - Afrique, Coin des Idées, Yoro Diallo

Yoro Diallo – Les années 2021 et 2020 demeureront en lettres d’or dans les annales de l’histoire des relations internationales en général, des relations Sino-africaines en particulier. L’année 2021 est un symbole historique dans la marche de la Chine vers le grand renouveau de la Nation Chinoise.

Prof. Yoro DIALLO
Chercheur Principal / Directeur Exécutif du Centre d’Etudes Francophones
Directeur du Musée Africain
Institute of African Studies, Zhejiang Normal University, CHINA

Elle est l’année de la réalisation complète de l’objectif du  Premier Centenaire. Il s’agit de « la réalisation en Chine d’une Société de moyenne aisance sur tous les plans au moment de la célébration du centenaire de la fondation du Parti Communiste Chinois en juillet 2021 ».

L’objectif du Premier Centenaire réalisé avant date échue, la Chine continu sa longue marche vers l’objectif du deuxième Centenaire, celui de « la transformation de la Chine en un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé » au moment de la célébration des cent ans de la République Populaire de Chine en Octobre 2049.

L’accomplissement du rêve chinois du grand renouveau de la Nation Chinoise est en bonne voie. 2021 est l’année inaugurale du 14ème Plan quinquennal. Elle marque le 50ème anniversaire du rétablissement de la République Populaire de Chine dans son siège légitime au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Elle est aussi l’année du 20ème anniversaire de l’adhésion du pays à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Au plan cultuel 2021 correspond à l’année du buffle selon le calendrier lunaire. « Le buffle est le symbole de la vigueur  et de la persévérance ».

A l’image de cet animal emblématique que les Chinois ont dompté pour en faire un fidèle et loyal compagnon dans les travaux champêtres, la Chine est fidèle et loyale dans l’amitié. Elle est sincère, résolue et déterminée dans ses principes et ses responsabilités.

Au cours de cette Année du buffle, la Chine et l’Afrique se retrouveront au Sénégal dans le cadre de la huitième conférence au sommet du Forum sur la Coopération Sino-africaine (FCSA/FOCAC). En cette période marquée par des turbulences et l’égocentrisme sur la scène internationale, les deux partenaires célèbreront ensemble le 20ème anniversaire du FCSA.

Présentées par une certaine opinion malveillante comme récentes, les relations entre la Chine Nouvelle et le continent Africain ne datent pas d’aujourd’hui. Elles ont réellement débutées dans les années 1950. En 1954, les dirigeants de la Chine, de l’Inde et du Myanmar ont initié les cinq principes de la coexistence pacifique, comme fondement politique pour la paix et la sécurité dans le monde.

Ces cinq principes sont : « le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, la non-agression mutuelle, la non-ingérence dans les affaires intérieures, l’égalité et avantages réciproques, et la coexistence pacifique ».

En 1955, 29 États d’Afrique et d’Asie, dont la République Populaire de Chine, se sont réunis à Bandung, en Indonésie. La Conférence de Bandung a souligné « le besoin urgent d’encourager le développement économique de la Zone Afrique-Asie ».

Les liens d’amitié profonds ainsi créés entre la Chine et l’Afrique se sont davantage consolidés durant les années 1960, la Chine Nouvelle soutenant les Africains dans leurs luttes pour l’indépendance nationale et l’émancipation des peuples.

En 2000, la Chine et les pays Africains décident à Beijing de créer le Forum sur la Coopération Sino-africaine (FCSA/FOCAC). La grande famille Chine-Afrique venait de se doter de « sa propre plateforme de dialogue collectif et son propre mécanisme de coopération pragmatique ».

De sa création à nos jours le FCSA a produit des résultats concrets. Les relations sino-africaines se sont hissées au niveau de « partenariat de type nouveau à celui de partenariat stratégique de type nouveau avant d’être portées aujourd’hui au niveau de partenariat de coopération stratégique global ».

A la date de 2019, le stock des investissements directs Chinois en Afrique s’est élevé à plus de 49 milliards de dollars américains, soit 100 fois plus qu’en 2000. Le volume des échanges commerciaux Chine-Afrique s’est établi à 208,7 milliards de dollars US, soit 20 fois plus élevé qu’en 2000.

Pendant 12 années consécutives la Chine demeure le premier partenaire commerciale de l’Afrique. Elle contribue à la croissance économique africaine à hauteur de plus de 20%. Le centre de Conférence de l’Union Africaine (UA) à Addis Abeba, des lignes de chemins de fer (notamment Addis-Abeba-Djibouti et Mombassa-Nairobi) et de nombreux projets économiques, culturels et sociaux ont été réalisés sur le continent.

La coopération dans les domaines de l’éducation et de la culture,  des sciences et des technologies, de la santé, des échanges humains, de la paix et de la sécurité a connu un développement remarquable.

Depuis le18ème Congrès du Parti Communiste Chinois en 2012, le Président Xi Jinping, qui est très attaché aux relations Sino-africaines, a présenté les principes de « sincérité, résultats concrets, amitié et bonne foi et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés ». Il s’est personnellement engagé dans « la construction d’une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique encore plus solide ».

En 2013, le Président Xi jinping a effectué en Afrique, sa première visite officielle à l’étranger en tant que chef d’État. En 2015 à Johannesburg et en 2018 à Beijing, les dirigeants africains et chinois se sont réunis dans le cadre du FCSA pour deux sommets historiques.

Le président Xi Jinping en septembre 2018 lors du FOCAC

Lors du sommet du FCSA à Johannesburg, le Président Xi Jinping a présenté dix grands programmes de coopération avec l’Afrique couvrant l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, les finances, le développement vert, le commerce et les investissements, la réduction de la pauvreté, la santé publique, la culture et les échanges humains, la paix et la sécurité.

En juillet 2018, Xi Jinping effectue sa 9ème visite en Afrique, sa 4ème en tant que Président de la République Populaire de Chine. Lors du Sommet de Beijing Septembre 2018, la Chine et l’Afrique ont travaillé ensemble sur le thème: « La Chine et l’Afrique: Construire une Communauté de Destin encore plus solide par la coopération gagnant-gagnant ».

La Chine a étroitement associé le FCSA à « l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie», au Programme de développement durable des Nations Unies pour 2030 et au Programme de développement 2063 de l’Union Africaine. Lors de la conférence, le Président Xi Jinping confirmera que « la Chine sera toujours un bon ami, un bon partenaire et un bon frère de l’Afrique ». Il a proposé de « construire ensemble une Communauté de destin Sino-africain marquée par la prospérité commune… ».

Sur la base de dix programmes, il a présenté huit initiatives majeures qui ont propulsées « la construction de la Communauté de Destin Chine-Afrique encore plus solide dans la nouvelle ère ». Depuis la création du FCSA, plus de deux millions de mouvements entre la Chine et l’Afrique sont enregistrés chaque année. Beaucoup d’Africains se sont installé en Chine dans l’espoir de réaliser leur rêve.

En juin 2020, la Chine et l’Afrique ont tenu le « Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la Solidarité contre le COVID-19 ». A cette occasion, le Président du Rwanda, Paul Kagamé a déclaré : « la solidarité que nous avons vue (de la part de la Chine) pendant cette période difficile a une fois de plus démontré la productivité du FCSA … »

Lors de ce Sommet extraordinaire, le Président Xi Jinping a déclaré que « la Chine continuera à faire tout son possible pour soutenir la réponse de l’Afrique au Covid-19, à travailler avec l’Afrique pour accélérer le suivi des résolutions du sommet de Beijing, à accorder une plus grande priorité à la coopération dans les domaines de la santé publique, de la réouverture des entreprises et du bien-être des populations… ».

Don de matériel par Li Jian, ambassadeur de Chine en Cote d’Ivoire

Dans la lutte contre le COVID 19, la Chine a fourni plus de 120 lots de matériel sanitaire d’urgence à l’Afrique. Elle a envoyé des groupes d’experts médicaux dans 15 pays sur le continent. Elle a décidé de fournir des vaccins aux pays africains et à la Commission de l’Union Africaine.

Dans le cadre de l’Initiative «La Nouvelle Route de la Soie», la Chine et l’Afrique ont décidé de travailler ensemble à « la construction d’une communauté d’avenir partagé encore plus solide », pour contribuer sans cesse au développement et au redressement du continent africain. A ce jour, 44 pays et la Commission de l’UA ont signé des documents de coopération avec la Chine dans le cadre de l’initiative « La Nouvelle Route de la Soie ».

Dès l’aube de l’année 2021, le Conseiller d’État, ministre des Affaires étrangères Wang Yi, a accordé sa première visite officielle à l’étranger au continent Africain, exprimant ainsi le respect et la fidélité de la Chine dans son engagement initial pour l’Afrique. C’est là, un témoignage éloquent de plus de la constance de la sincère, pragmatique et amicale politique de la Chine en faveur de l’Afrique. Cette constance est la caractéristique d’une amitié sincère, pragmatique et de bonne foi.

Lors d’une conférence de presse qu’il a donnée à la presse chinoise et étrangère, à l’occasion de la 4ème Session Annuelle de la 13ème Assemblée Populaire Nationale (APN) au Grand Palais du Peuple à Beijing le 7 mars 2021, Wang Yi a noté que le prochain Sommet du FCSA se tiendra cette année au Sénégal.

Il a réaffirmé que la « Chine saisira cette opportunité pour soutenir l’Afrique dans ses efforts pour vaincre le virus et renforcer le système de gouvernance de la santé publique, pour accélérer l’industrialisation et augmenter ses capacités de développement autonome, pour accélérer l’intégration régionale et prendre toute sa part dans la mondialisation économique, et pour promouvoir le règlement politique des points chauds et préserver la paix et la stabilité sur le continent ».

Durant ces dernières années, la Chine a contribué à stimuler le processus d’industrialisation de l’Afrique et à renforcer la capacité de développement indépendant du continent. Elle a construit plus de 6.000 km de voies ferrées, près de 20 ports et plus de 80 grandes centrales électriques à travers le continent.

Les échanges humains et culturels se sont intensifiés. Plus important fournisseur de bourses à l’Afrique, la Chine a accordé plus de 120.000 bourses gouvernementales aux pays Africains. En coopération avec 46 pays Africains elle a créé 61 Instituts Confucius et 44 classes Confucius.

Dans le domaine de la santé, la Chine a envoyé près de 21.000 professionnels de santé dans 48 pays africains. Ceux-ci ont prodigué des soins médicaux a environ 220 millions de personnes. Il a été établi plus de 150 jumelages entre villes et provinces de Chine et d’Afrique.

La Chine a aidé l’Afrique à réaliser plus de 10.000 kilomètres d’autoroutes, des dizaines d’aéroports, plus de 130 infrastructures médicales, 45 stades et plus de 170 écoles et universités. La Chine exprime à chaque occasion sa détermination à apporter d’avantages aux peuples africains. La politique de la Chine pour l’Afrique n’est ni une incantation, ni une litanie de vœux pieux, encore moins un leurre.

Alors que la communauté internationale traverse une période critique, il est important pour la Chine et l’Afrique de regarder vers l’avenir et de continuer à renforcer leur coopération mutuellement avantageuse.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :