La « prospérité commune », l’expression retenue par le président Xi Jinping pour résumer sa politique de réduction des inégalités, n’implique pas de « tuer les riches pour aider les pauvres », a déclaré un responsable du Parti communiste chinois (PCC).

Le président chinois Xi Jinping a mis l’accent mi-août 2021 sur «les efforts pour promouvoir la prospérité commune dans la poursuite du développement de haute qualité et coordonner le travail pour prévenir les risques financiers majeurs».

Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors de la dixième réunion du Comité central pour les affaires financières et économiques, dont il préside.

«Prospérité commune» ou «gòngtóng fùyù» en chinois, est une expression en quatre caractères (共同富裕) empruntés à Mao Zedong. L’objectif de ce nouveau slogan est de pousser les plus riches à ajuster leurs revenus jugés excessifs par le gouvernement chinois. En effet, la Chine a officiellement éradiqué l’extrême pauvreté mais les inégalités restent toujours aussi fortes.

Cité par l’agence de presse, Xinhua, Xi Jinping a indiqué que «la prospérité commune représente une exigence essentielle du socialisme et une caractéristique clé de la modernisation à la chinoise».

Il appelé tous les membres du PCC «à adhérer à la philosophie de développement axée sur le peuple et à promouvoir la prospérité commune tout en poursuivant un développement de haute qualité».

Notant que la finance était le noyau de l’économie moderne, le président a souligné que des efforts pour prévenir les risques financiers majeurs devaient être coordonnés en conformité aux principes du marché et à l’Etat de droit, lors de cette réunion.

La Chine doit aussi «se protéger contre le piège de l’assistance», a ajouté Han Wenxiu, membre de la Commission centrale des affaires financières et économiques du parti unique, lors d’un point de presse à Beijing.

Ceux qui «deviennent riches les premiers» doivent aider ceux qui restent à la traîne mais le travail doit être encouragé, a expliqué ce dernier. Mais «nous ne pouvons pas attendre de l’aide, compter sur d’autres pour obtenir de l’aide ou appeler à l’aide. Nous ne pouvons pas soutenir les fainéants».

Les autorités ont multiplié ces derniers mois les mesures visant les secteurs les plus prospères de l’économie chinoise (technologie, numérique, éducation en ligne, e-commerce, jeux vidéos, …), afin de réduire les pressions sur le coût de la vie des chinois et de renforcer la législation anti-monopoles et la protection des données personnelles.

Han Wenxiu a affirmé que les mesures récentes de régulation du marché des services en ligne visaient à lutter contre des infractions et des comportements illicites mais «absolument pas» à stigmatiser des entreprises privées ou des groupes étrangers.

Le gouvernement estime qu’il doit «ajuster rationnellement» les revenus «excessivement élevés» selon les conclusions de la dixième réunion du Comité central pour les affaires financières et économiques. Les hauts revenus et les grandes entreprises sont en outre encouragés à augmenter leurs contributions à la société.

Les dons doivent être encouragées par la politique fiscale et ils peuvent améliorer la «structure de distribution» mais ils ne sont pas obligatoire, a déclaré Han Wenxiu, cité par l’agence de presse britannique, Reuters.