La science et la technologie contrôlent la pollution de l’air

par | Jan 14, 2019 | SCI/TECH

En baissant légèrement l’indice de pollution atmosphérique sur l’écran d’affichage du système de simulation d’alerte de qualité de l’air du département du Henan, il est désormais possible de contrôler le niveau de pollution de la province.

Grâce à un diagramme en 3D reconstituant la collecte de données de la qualité de l’air environnant, il est possible en aval de l’analyse et de la modélisation des données de prévoir les pics de pollution. Ils servent également de référence pour le développement de capteurs de mesure de qualité de l’air.

Le Henan est la principale province de production agricole du pays et la 1ère province en matière de ressources minérales. A l’échelle mondiale, la province se situe en 5ème position en termes de valeur de production dans l’industrie minière et les recettes liées à la fabrication d’équipements se comptent en milliards de dollar.

Face à une structure industrielle complexe, il est difficile de prévenir et de contrôler la pollution atmosphérique. Cependant, cette situation s’améliore progressivement grâce au maintien des investissements de l’administration locale dans le domaine scientifique et technologique.

Ces investissements permettent d’activer un système de mesure de qualité de l’air, dans le but de capter les émissions rejetées par une centrale électrique telles que les émissions de dioxyde de soufre, d’oxydes d’azotes et de suie rejetées sous forme de gaz d’échappement sont visibles instantanément.

Zhou Feng du département de l’environnement écologique et de l’atmosphère a expliqué que «si le taux d’émissions polluantes est supérieur à la norme autorisée ou si les données sont anormales, tous les centres déclencheront un signal d’alarme. Nous inspecterons sur le champ l’état des équipements de rejet d’émissions, nous prendrons contact avec le responsable de l’entreprise ou nous enverrons directement du personnel sur le site afin de faire état du problème».

Au cours de ces dernières années, le Henan a encouragé une planification efficace et précise de la gestion environnementale, à laquelle s’ajoute une configuration des réseaux de contrôle et de l’application des technologies de l’information.

Selon les rapports des autorités locales, 2 179 entreprises du Henan ont recours à 3 390 systèmes d’échappement des gaz ayant mis en place un réseau de moniteurs de contrôle automatiques assurant une couverture complète du contrôle des sources de pollutions.

Les départements de protection de l’environnement des provinces, des comtés et du troisième niveau peuvent ainsi contrôler les émissions rejetées par les entreprises ciblées.

«Il n’y avait aucun équipement en ligne auparavant. Nous ne pouvions envoyer des données que d’un centre à un autre, cela s’est avéré inefficace et peu fiable. Lorsque la population se sera déplacée, nous pourrons fermer les structures de protection de l’environnement», a expliqué Guo Xinwang, ingénieur en chef du centre de contrôle de l’environnement écologique de la province du Henan.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :