Le dernier épisode de South Park, « Band in China« , a été interdit en Chine après avoir évoqué la censure des autorités chinoises. «Nous aussi, nous aimons plus l’argent que la liberté et la démocratie. Xi ne ressemble pas du tout à Winnie l’Ourson !», ont écrit les créateurs de South Park en se moquant de la NBA.

La série d’animation South Park, connue pour son côté potache et provocateur, était le 8 octobre quasiment introuvable sur l’internet chinois après la diffusion d’un épisode aux États-Unis se moquant ouvertement de la répression contre les opposants politiques en Chine.

Le dessin animé s’en prend aux entreprises américaines prêtes à tout pour se faire une place sur l’immense marché chinois, quitte à devenir complaisantes envers le gouvernement chinois.

Il dépeint le travail forcé dans un lieu de détention chinois et parodie des entreprises qui cèdent à la censure à des fins commerciales. «Vaut mieux ne pas trop défendre l’idéal de liberté quand on veut téter les lolos de la Chine», a déclaré un personnage de l’épisode.

Les recherches concernant « South Park » sur Weibo, équivalent chinois de Twitter, et sur le site de critique de films et de livres Douban ne donnaient aucun résultat. Certains sites de streaming vidéo renvoyaient toujours sur des épisodes de la série, mais ils ne pouvaient pas être visionnés.

Le dessin animé intervient après l’incident avec la NBA (ligue américaine de basket-ball) et sa franchise des Houston Rockets. Ces derniers font face à de vives critiques en Chine pour un tweet d’un dirigeant du club, Daryl Morey.

Ce dernier a soutenu les manifestants pro-démocratie à Hong Kong. La NBA et l’équipe de basket se sont toutes deux empressées de se désolidariser de ces propos, suscitant une polémique aux États-Unis.

Afin d’apaiser leurs relations avec la Chine, le joueur des Rockets James Harden, a rapidement publié un message d’excuses au nom de son équipe, expliquant qu’il «adorait la Chine» et que les Rockets aimaient «beaucoup jouer là-bas».

Daryl Morey a tenté d’éteindre le feu en justifiant son récent soutien à Hong-Kong : «Je ne voulais pas que mon tweet blesse les fans des Rockets et mes amis en Chine. Je ne faisais qu’exprimer une pensée, basée sur une interprétation d’un événement compliqué. Depuis ce tweet, j’ai eu l’occasion d’écouter et de considérer d’autres perspectives».

Sur Twitter, les créateurs de South Park, Trey Parker et Matt Stone, ont publié d’ironiques excuses pour leur épisode chinois : «comme la NBA, nous sommes heureux d’accueillir les censeurs chinois dans nos foyers et nos coeurs», ont-ils assuré. «Nous aussi nous aimons l’argent plus que la liberté et la démocratie».