Sous la pression des 25 plus grandes aciéries américaines, l’administration de Donald Trump a décidé de préparer un projet de loi visant à restreindre les importations d’acier aux États-Unis, affectant directement la Chine.

Sujet de discorde entre la Chine et l’Union européenne, l’acier devrait être une nouvelle raison de tension entre les Etats-Unis et l’Empire du milieu. Le directeur adjoint de l’Institut des États-Unis et du Canada, Viktor Soupian, a expliqué au site SputnikNews, qu’une « guerre de l’acier entre Washington et Pékin n’est pas à exclure« .

« Les PDG des aciéries américaines ont appelé dans une lettre le Président Donald Trump à limiter immédiatement les importations de métal en provenance de Chine, alors que le lobby antichinois aux États-Unis ne cessera certes de faire pression sur l’administration« , a expliqué, Viktor Soupian.

En février, l’administration américaine avait pris de nouvelles mesures antidumping contre la Chine pour protéger son industrie sidérurgique. Beijing avait alors dénoncer une infraction aux règles de l’organisation mondiale du commerce.

Le département du commerce américain a imposé des taxes antidumping comprises entre 63 % et 190 % sur des importations chinoises de feuilles et de bandes d’acier inoxydable, estimant que ces produits étaient vendus en dessous de leur juste valeur.

Depuis de nombreuses années les États-Unis accusent la Chine de pratiquer du dumping. « Les menaces de guerre de l’acier entre les États-Unis et la Chine se font entendre de plus en plus souvent, bien qu’elles ne soient pas très fondées, les deux pays étant trop interdépendants. […] Quoi qu’il en soit, je n’exclurais pas une telle guerre commerciale« , a expliqué Viktor Soupian.

Mei Xinyu, du Centre de coopération économique et commerciale près le ministère chinois du Commerce, a également souligné les menaces d’une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis venant de l’un ou de l’autre.

« Un tel comportement des capitaines de l’industrie américaine de l’acier est facile à comprendre, mais le risque d’une guerre de l’acier n’est sans doute pas très grand. […] Depuis le début de l’année en cours, les importations d’acier aux États-Unis augmentent effectivement, mais la part de la Chine y est relativement insignifiante et a une nette tendance à la baisse« , a indiqué Mei Xinyu.