Le fabricant américain de puces électroniques, Intel, pourrait commencer à ressentir les effets de la colère des chinois, après voir inviter ses fournisseurs à ne plus se fournir dans la région autonome du Xinjiang pour cause de «travail forcé» des Ouighours.

Dans un contexte tendu à l’encontre d’Intel, l’ambassadeur de la marque en Chine, Wang Junkai, a annoncé son intention de mettre un terme à sa coopération avec la firme américaine et des mesures similaires pourraient être prises par ses partenaires chinois.

« Alors qu’aucune décision n’a pour le moment été annoncée officiellement, la rupture de ces liens sert de sonnette d’alarme pour Intel et les autres entreprises étrangères, qui cherchent à saper les intérêts fondamentaux de la Chine tout en essayant de profiter du vaste marché chinois », ont expliqué des analystes du marché à l’agence de presse, Xinhua.

Sur son compte officiel Weibo, le studio du chanteur Wang Junkai, l’ambassadeur de la marque pour Intel Core, a annoncé la rupture de l’ensemble des contrats du chanteur avec Intel, avec prise d’effet immédiat.

Intel est dans une situation délicate. Certains des partenaires chinois de la firme américaine ont également été appelés à clarifier leur position sur la question.

Pointé du doigt, Lenovo − un partenaire chinois clé pour Intel, n’a pas encore communiqué sur la situation. Certains internautes chinois ont interpellé marque afin qu’elle ne prenne pas la position d’Intel.

Cependant, «la mondialisation est bien plus profonde que nous le pensons. Les produits d’Intel sont directement et indirectement liés à la Chine à un niveau dépassant les 80%. Il est difficile pour une entreprise chinoise de prendre ses distances immédiatement avec Intel, mais il serait encore plus difficile pour Intel de perdre le marché chinois», a expliqué le directeur d’une entreprise spécialisée dans les technologies de l’information basée dans la province orientale chinoise de Jiangsu.

Selon lui, «la Chine possède le système industriel le plus solide au monde et Intel est plus dépendant du colossal marché chinois». D’après les données de Statista, la Chine a été le plus grand marché pour Intel en termes de chiffre d’affaires de 2016 à 2020.

«En tant que Chinois, je suis furieux et opposé à toute manœuvre politique qui refuse d’utiliser des produits du Xinjiang», a expliqué Xiang Ligang, le directeur général de l’Alliance de consommation de l’information.

La lettre d’Intel est « représentative de la stratégie anti-chinoise du gouvernement des Etats-Unis », d’après ce dernier qui atteste que les produits originaires du Xinjiang « ne sont initialement pas un élément tangible de la chaîne d’approvisionnement d’Intel ».

Wei Shaojun, le directeur général de la branche de conception des circuits intégrés de l’Association de l’industrie des semi-conducteurs de Chine (CSIA pour China Semiconductor Industry Association), a indiqué qu’après de nombreuses années, « la Chine bénéficiait aujourd’hui de l’une des chaînes d’approvisionnement les plus complètes pour les semi-conducteurs ».

Mais, l’insuffisance des dépenses dans la R&D entrave l’essor de l’innovation des entreprises, a indiqué ce dernier lors d’un forum sur les semi-conducteurs à Wuxi dans la province orientale chinoise de Jiangsu. Il a appelé à plus d’efforts dans la recherche et développement pour gravir l’échelle de l’innovation.