La première campagne réussie du rover chinois «Zhurong» a fait de la Chine le deuxième pays après les États-Unis à atterrir et à exploiter un rover sur Mars.

Le rover à six roues à énergie solaire a lentement dévalé une rampe sur l’atterrisseur pour frapper le sol rouge et sablonneux de la planète Mars. Le rover commence son voyage pour explorer la quatrième planète à partir du soleil.

Selon les données de télémétrie, «Zhurong», ressemblant à un papillon bleu et d’une masse de 240 kg, a posé ses roues sur le sol martien à 10 h 40 (heure de Beijing) le 22 mai, a annoncé la China National Space Administration (CNSA).

La mission chinoise Tianwen-1, composée d’un orbiteur, d’un atterrisseur et d’un rover, a été lancée le 23 juillet 2020. L’atterrisseur transportant le rover a atterri dans la partie sud d’Utopia Planitia, une vaste plaine de l’hémisphère nord de Mars. , le 15 mai.

Lire aussi : Le rover de la Chine Zhurong va atterrir sur Mars

Le rover chinois «Zhurong» est nommé d’après le dieu du feu dans la mythologie chinoise ancienne. Le nom fait écho au nom chinois de la planète rouge, «Huoxing» (la planète du feu), tandis que le nom de la mission, «Tianwen», signifie «Questions au ciel», le titre d’un poème de l’ancien poète chinois Qu Yuan (vers 340- 278 avant JC).

Avec une durée de vie prévue d’au moins 90 jours martiens (environ trois mois sur Terre), «Zhurong» enregistrera le paysage martien avec des images en tri-dimension à haute résolution. Le rover chinois analysera aussi la composition matérielle de la surface de la planète, et détectera sa structure souterraine et magnétique. La mission de «Zhurong» sera de rechercher des traces de glace d’eau et d’observer l’environnement météorologique environnant.

Le rover chinois transporte divers instruments scientifiques, y compris une caméra de terrain, une caméra multispectrale, un radar d’exploration sous-surface, un détecteur de composition de surface, un détecteur de champ magnétique et un moniteur de météorologie.

L’orbiteur, d’une durée de vie nominale d’un an martien (environ 687 jours sur Terre), relaiera les communications du rover chinois tout en menant ses propres opérations de détection scientifique.

Comparé au rover lunaire chinois «Yutu» (Jade Rabbit), «Zhurong» a une vitesse similaire d’environ 200 mètres par heure, mais la hauteur des obstacles qu’il peut surmonter est passée de 20 cm à 30 cm. Il peut gravir des pentes jusqu’à 20 degrés. Les six roues de Zhurong sont entraînées indépendamment, selon ses concepteurs.

Le rover chinois « Zhurong» est le premier à être sur Mars avec un système de suspension actif. «Cela pourrait aider le rover à se sortir des ennuis en se déplaçant comme un pouce sur la surface martienne compliquée avec à la fois un sol sableux meuble et des roches densément réparties», a déclaré Jia Yang, concepteur en chef adjoint de la sonde Tianwen-1, de l’Académie chinoise de technologie spatiale. .

«Zhurong» peut aussi marcher sur le côté comme un crabe, grâce à ses six roues, le rover chinois peut tourner dans n’importe quelle direction, ce qui pourrait être utilisé pour éviter les obstacles et escalader les pentes.

«Mars est plus éloigné du Soleil que la Terre et la lune, et l’atmosphère martienne réduit également la lumière du Soleil, de sorte que les panneaux solaires du rover martien sont environ deux fois ceux du rover lunaire. Ils doivent pouvoir tourner pour suivre le soleil», a déclaré Geng Yan, un responsable du Centre d’exploration lunaire et du programme spatial de la CNSA.

Image du rover Zhurong de la planète Mars

«Les panneaux solaires de Zhurong ont été spécialement conçus pour s’adapter à la lumière du soleil sur Mars, qui a un spectre différent de celui de l’orbite terrestre», a indiqué ce dernier.

Geng Yan a expliqué que «Mars est connue pour ses tempêtes de sable et la poussière pourrait réduire l’efficacité de la production d’électricité. Les panneaux solaires spécialement traités rendent difficile l’accumulation de poussière, tout comme les gouttes d’eau sur la feuille de lotus, qui peuvent être emportées par le vent».

Une partie de l’énergie produite par les panneaux solaires pendant la journée sera utilisée pour le travail, et le reste sera stocké dans des batteries pour une utilisation nocturne.

Le rover chinois est muni de fenêtres de collecte de chaleur, qui pourraient absorber l’énergie solaire pendant la journée et libérer de la chaleur la nuit pour aider le rover à survivre aux températures glaciales qui pourraient plonger à plus de 100 degrés Celsius sous zéro avant l’aube.

«Le robot Zhurong fonctionnera avec un cycle en fonction de la perception environnementale, de l’exploration scientifique et du mouvement», selon Geng Yan.

Dans le cas d’une tempête de sable, Zhurong peut décider quand annuler son travail et «s’endormir» de manière autonome et se réveiller lorsque la lumière du soleil est à nouveau suffisante.

Le rover chinois est une nouvelle plate-forme pour l’exploration mobile d’un objet extraterrestre, avec de nombreuses nouvelles technologies appliquées dans les engins spatiaux pour la première fois, ont déclaré les concepteurs.

« Lors de la conception du rover Mars, nous avons eu de nombreuses séries de remue-méninges pour créer un puissant et joli rover qui pourrait représenter le meilleur niveau d’ingénieurs spatiaux chinois », a déclaré Jia Yang, concepteur en chef adjoint de la sonde Tianwen-1.