La Chine a affirmé que sa sonde à destination de Mars, et son rover qui l’accompagne, devraient atterrir sur la planète rouge entre le 15 et 19 mai 2021.

L’Administration spatiale de Chine a déclaré dans un bref avis que la sonde Tianwen-1 avait collecté une grande quantité de données scientifiques depuis son entrée en orbite sur Mars le 10 février.

Désormais, la fenêtre pour s’installer sur une zone glacée de la planète connue sous le nom d’Utopia Planitia était déterminée par les «conditions de vol actuelles».

Nommé d’après le dieu du feu en Chine, Zhurong, le rover restera dans l’atterrisseur pour des tests de diagnostic pendant plusieurs jours, avant de descendre une rampe pour commencer à rechercher des signes de vie.

Cette mission est la première tentative d’atterrissage en douceur sur Mars par un vaisseau spatial chinois. En pleine rivalité diplomatique et technologique avec les Etats-Unis, la Chine a lancé en juillet dernier vers Mars la sonde « Tianwen-1 ».

L’engin a mis près de 7 mois pour effectuer les 55 millions de kilomètres qui le séparaient de la planète rouge, soit 1.400 fois le tour du monde. La sonde, arrivée en février dans l’orbite de Mars, est composée de trois éléments, dont un atterrisseur qui devrait se poser dans les prochains jours. Le module doit permettre au robot téléguidé, « Zhurong », de sortir pour analyser la surface.

« Zhurong » est censé être opérationnel pendant trois mois. En cas d’atterrissage réussi, il doit permettre d’étudier l’environnement de Mars et d’analyser la composition des roches.

Lire aussi : La sonde chinoise Tianwen-1 entre en orbite autour de Mars

D’ailleurs, la mission « Tianwen-1 » a envoyé en février sa première image de Mars. Il s’agissait d’une photo en noir et blanc montrant des reliefs comme le cratère de Schiaparelli et le système de canyons du Valles Marineris.

Actuellement, seuls les États-Unis ont réussi à atterrir et à exploiter un vaisseau spatial sur Mars, à veuf reprises, en commençant par les jumeaux Vikings en 1976 et, plus récemment, avec le rover Perseverance en février. Cependant, atterrir sur la planète rouge est particulièrement compliqué et plusieurs missions européennes, soviétiques et américaines se sont soldées dans le passé par des échecs. Malgré tout, la Chine tentera de devenir le deuxième pays au monde à avoir posé un engin sur Mars.

Le rover Perseverance et un petit hélicoptère explorent actuellement Mars. La NASA s’attend à ce que le rover chinois collecte son premier échantillon en juillet 2021, pour un retour sur Terre dans une décennie.

La Chine a lancé cette année le module initial de sa station spatiale permanente, bien que le retour incontrôlé sur Terre de la fusée de lancement ait suscité quelques critiques.

Le lancement du module Tianhe, ou Heavenly Harmony, est la première des 11 missions pour construire et approvisionner la station et envoyer un équipage de trois personnes d’ici la fin de l’année prochaine.

La Chine a également récemment ramené des échantillons lunaires, le premier programme spatial d’un pays depuis les années 1970, et a également atterri une sonde et un rover sur le côté le moins exploré de la lune.