Par Mu Guangzong – Le taux de natalité de la Chine en 2020 devrait être de 8,52 pour 1000, passant pour la première fois à un niveau inférieur à 10, tandis que le taux de croissance naturelle de la population au cours de la même période devrait être de 1,45 pour 1000, selon l’« Annuaire statistique de la Chine 2021 » publié par le Bureau national des statistiques (BNS).

Les données montrent que le taux de croissance naturelle en 2020 sera probablement inférieur à 25% de ce qu’il était il y a dix ans. En particulier, depuis la mise en place de la politique des deux enfants en 2016, le taux de croissance naturelle est passé de 6,53 pour 1000 à 1,45 pour 1000, avec une baisse qui s’accélère depuis 2017. Quant au taux de natalité, il est passé de 13,57 pour 1000 en 2016 à 8,52 pour 1000, une baisse abrupte évidente.

Et cette tendance à la baisse devrait se poursuivre en 2021 et au-delà.

Le fait que le taux de natalité soit tombé en dessous de 1% signifie que la tendance à la baisse du taux de natalité qui a commencé au début des années 1970 se poursuit et que la Chine connaîtra une croissance démographique nulle plus tôt que prévu (l’estimation initiale était après 2027).

En outre, la population de femmes âgées de 20 à 29 ans a diminué de 34,63 millions de 2010 à 2021. Cela montre que le faible taux de fécondité de la Chine est dû non seulement à la diminution du nombre de couples souhaitant avoir des enfants, mais également à la baisse du nombre de femmes en âge de procréer.

La chute du taux de natalité en dessous de 1% est un tournant majeur dans la démographie chinoise. Poussée par un faible taux de fécondité, la diminution de la population jeune pourrait aggraver le ralentissement économique, car selon les règles de développement démographique, un déséquilibre dans la structure par âge de la population pourrait entraîner une pénurie de main-d’œuvre même dans les pays les plus peuplés.

Depuis 2012, la population chinoise en âge de travailler a diminué de plusieurs millions chaque année, la baisse totale dépassant les 40 millions de personnes. La population de la Chine a augmenté de 7,37 millions en 2017, 5,3 millions en 2018, 4,67 millions en 2019 et 2,04 millions en 2020, montrant une tendance à la baisse de la croissance démographique.

Ce qui a compliqué ce problème, c’est le vieillissement rapide de la population du pays. Le déséquilibre qui en résulte dans la structure par âge de la population n’est pas propice à un développement équilibré et à long terme de la population. La Chine doit donc prendre des mesures pour assurer la sécurité de la population afin de renforcer la sécurité nationale globale. En effet, une structure d’âge équilibrée de la population et un taux de croissance démographique sain sont essentiels à la sauvegarde de la sécurité nationale globale.

Construire une société favorable à la fertilité et réaliser un développement démographique équilibré à long terme sont également nécessaires pour parvenir à un développement durable et au renouveau national. Ainsi, la Chine devrait maintenir un taux de fécondité proche du remplacement (soit un indice synthétique de fécondité de 1,8 à 2,5) pour assurer le développement durable de sa population.

Cependant, il existe certaines différences dans le taux de fécondité entre les zones urbaines et rurales, ainsi qu’entre les groupes sociaux et ethniques. Ainsi, afin d’élever le taux de fécondité à un niveau sain, les autorités devraient aider les couples parmi les groupes de population qui ont une forte volonté de fécondité à avoir plus d’enfants, réduire la pseudo-faible fécondité (c’est-à-dire la faible fécondité causée par des contraintes de coûts), identifier les groupes à plus haut potentiel de fécondité – comme ceux qui vivent dans des zones reculées ou appartenant à des minorités ethniques –, puis apporter un soutien global à l’ensemble de la population.

En bref, la Chine a besoin d’une politique et d’un système favorables à la famille pour développer un nouveau type de culture de la fécondité, avec des politiques pertinentes reflétant le sens de la vie, garantissant que les gens respectent les droits reproductifs des femmes et s’assurant que les employeurs ne discriminent pas les femmes qui choisissent d’avoir plus d’un enfant.

Le gouvernement devrait également renforcer les services de protection sociale et la sécurité sociale, afin d’améliorer le bien-être tangible de la population, en accordant par exemple des « bonus bébé » et des congés de maternité plus longs aux nouvelles mères, ainsi qu’en protégeant mieux les droits et les intérêts des femmes.

Par Mu Guangzong, professeur à l’Institut de recherche sur la population de l’Université de Pékin. http://french.china.org.cn/china/txt/2021-12/29/content_77958962.htm