Les participants à la réunion annuelle du Forum d’été de Davis, à Tianjin du 26 au 28 Juin, se sont accordés sur la bonne santé de l’économie chinoise, « malgré la dette et le ralentissement des investissements des entreprises du secteur privé ».

Le président de la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC), Xu Shaoshi, a expliqué à l’assemblée que « l’économie de la Chine a fait des progrès significatifs », dans le passage d’une économie basée sur l’industrie manufacturière et les exportations vers une économie de service, axée sur la consommation et l’investissement dans des moteurs de croissance, comme par exemple les nouvelles technologies, l’énergie verte, la recherche et le développement.

En plus du ralentissement économique, situé à 6,7% au 1er trimestre 2016, la croissance des investissements du secteur privé a ralenti. En effet, les investissements privés n’ont augmenté que de 3,9% en base annuelle de janvier à mai 2016, contre une hausse de 5,2% enregistrée entre janvier et avril. Cela s’explique par « la mauvaise application des politiques gouvernementales, les coûts élevés de mise en oeuvre, les loyers et les impôts, ainsi que la pression issue de l’élimination de la surcapacité« , a estimé la Commission nationale du développement et de la réforme du pays, le 15 juin.

Malgré des données négatives, « l’économie est en bonne santé, stable et durable », Xu Shaoshi a tenté de rassurer ses partenaires et futurs investisseurs de la solidité de l’économie chinoise. D’autant que la Chine représente aujourd’hui un quart de la croissance mondiale.

Son tournant économique engagé, le pays parvient à maintenir un taux de croissance grâce à l’innovation et la technologie, mais également la consommation intérieure, a indiqué le président de la Commission. Ce dernier a d’ailleurs indiqué que « la consommation a dépassé l’investissement ».

Face au appel lancé à instaurer des mesures d’urgence dans le secteur de l’innovation,  Xu Shaoshi  a assuré qu’avec le nouveau modèle économique et la modernisation du secteur industriel, « tout le monde est engagé dans l’innovation et les nouveaux moteurs participant à la bonne croissance » de la Chine.

Cependant, de nombreux défis restent à lever, comme poursuivre les réformes structurelles jusqu’en 2021, afin d’améliorer « l’esprit d’entreprise, l’innovation et l’adoption des nouvelles technologies ». L’objectif sera de perfectionner la productivité du pays, a noté le communiqué de presse du Forum d’été de Davos, citant le président de la commission.

Concernant l’endettement de la Chine, celui-ci est « contrôlable et gérable », car « le gouvernement envisage des mesures, destinées à réduire le ratio d’endettement des entreprises avec prudence et de manière proactive ».