Zhong Nanshan, chef de l’équipe d’experts de haut niveau du pays étudiant l’épidémie, a expliqué que l’épidémie « sera maîtrisée d’ici la fin avril ».

Lors d’une conférence de presse à Guangzhou, il a précisé que «maîtrisée signifie que tout sera rentré en ordre à ce moment-là». Ce dernier a avancé que le virus n’était peut-être pas originaire de Chine.

L’équipe de Zhong Nanshan avait déjà prévu que le pic de l’épidémie en Chine surviendrait entre la mi-février et fin février. Il a déclaré que, comme prévu, le nombre de personnes infectées a diminué.

A lire aussi« L’origine chinoise du nouveau coronavirus remise en question »?

Au début de l’épidémie, une étude publiée dans la revue médicale The Lancet avait prédit que le nombre d’infectés en Chine atteindrait 160 000 début février sur la base d’un modèle de recherche traditionnel, et que la situation pourrait être maîtrisée d’ici fin mai, a précisé Zhong Nanshan.

Cette étude n’avait alors pas pris en compte les mesures gouvernementales de prévention et de contrôle. L’expert a déclaré que son estimation était basée sur le modèle scientifique et incorporait deux facteurs d’influence puissants : les mesures vigoureuses prises par la Chine et le possible pic de voyage après les vacances de la fête du Printemps.

« Bien que le premier cas de coronavirus ait été confirmé en Chine, le virus pourrait ne pas être originaire de Chine, car de nombreux autres pays signalent également des cas », a avancé Zhong Nanshan.

D’après ce dernier, son équipe a effectué des prévisions basées sur la situation uniquement en Chine. Maintenant, les développements dans d’autres pays doivent être pris en considération séparément, a-t-il ajouté.

Ce dernier a aussi déclaré que la source du virus ainsi que le fait de savoir si ce virus avait existé auparavant restait incertain, ajoutant que le pangolin pourrait ne pas être son seul hôte intermédiaire.

A lire aussi : Le pangolin, hôte intermédiaire du nouveau coronavirus ?

«C’est une maladie humaine, pas d’un pays», a souligné Zhong Nanshan, ajoutant que «nous avons besoin de plus de coopération internationale».