Le principal organisme de réglementation des actifs d’État de la Chine a fixé cette année des objectifs pour les entreprises d’État du pays administrées centralement.

L’institution souhaite que les entreprises d’État atteignent un taux de croissance de leurs bénéfices supérieur à celui de la production économique nationale.

Lors d’une conférence de presse, Hao Peng, chef de la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’État (SASAC), a expliqué que cette année 2021 devrait voir davantage d’investissements dans la recherche et le développement (R&D) par les entreprises d’État ainsi qu’une efficacité de production et des marges de revenu plus élevées, tout en maintenant les dettes sur immobilisations sous contrôle.

«Nos entreprises d’État administrées centralement et celles supervisées par le système public se préparent pour le 14e Plan quinquennal. Nous attendrons la publication du 14e Plan quinquennal économique national, qui devrait être adopté au cours des prochaines deux sessions, sur lequel nos indicateurs de croissance connexes seront encore confirmés», a indiqué Hao Peng.

Face au contexte de la pandémie de coronavirus, de la récession économique mondiale et d’une répression soutenue de la part des États-Unis, les entreprises d’État administrées centralement ont vu leurs bénéfices nets augmenter de 2,1% à 1400 milliards de yuans (194,3 milliards d’euros) en 2020.

Plusieurs responsables et experts reconnaissant leurs rôles clés dans la lutte de la Chine contre le virus et en tant que pilier de la croissance économique de la Chine.

«Ce taux de croissance n’est pas élevé, mais il n’est pas facile à atteindre. Tout le monde sait que l’année dernière, affectée par de multiples facteurs tels que le grave impact de la pandémie de COVID-19, les fluctuations des prix du pétrole brut et d’autres matières premières, ainsi que la stagnation du transport aérien international, les bénéfices des entreprises administrées centralement ont connu une croissance négative de -58,8% au premier trimestre de 2020», a expliqué le chef de la SASAC0

En outre, malgré les problèmes de 2020, ces entreprises d’État ont respecté un cahier des charges spécifiques, afin de ne pas prendre de risques majeurs. À la fin de 2020, le ratio actif-passif de ces entreprises d’État était tombé à 64,5%, atteignant avec succès l’objectif «d’une réduction de deux points de pourcentage en trois ans».

Depuis 2017, il n’y a pas eu un seul défaut d’obligation dans une entreprise d’État administrée centralement, a affirmé Hao Peng. Cependant, une série de défauts d’obligations par des entreprises d’État locales enregistrés depuis 2020 ont soulevé des inquiétudes.

Les défauts d’obligations d’entreprises d’État locales étaient le résultat de multiples facteurs, à la fois externes comme la pandémie de COVID-19, et des problèmes internes tels qu’une gouvernance inadéquate, a déclaré Peng Huagang, porte-parole de la SASAC.

«Bien que le taux de défaut des obligations d’entreprises d’État ait augmenté récemment, il est toujours inférieur à la moyenne du marché, et le risque de défaut est généralement contrôlable», a souligné ce dernier.

La SASAC devrait établir conjointement avec la Banque populaire de Chine (BPC, banque centrale) et la Commission chinoise de régulation des valeurs mobilières (CSRC) un mécanisme de prévision et d’alerte précoce de risque des obligations d’entreprises d’État.

« Des efforts doivent être intensifiés pour mettre en œuvre le plan triennal de réformes des entreprises d’État et garantir que plus de 70% de la mission de réforme soit achevée cette année », selon Hao Peng, chef de la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’État.

Les autorités centrales considèrent la période 2020-2022 comme une «étape cruciale» pour la réforme des entreprises d’État, dont les principaux objectifs sont de rendre l’économie publique plus compétitive, innovante et résistante aux risques.

Les entreprises d’État administrées centralement à propriété mixte représentent plus de 70% du total, en particulier dans des domaines tels que l’aviation civile, les télécommunications, le pétrole et l’armée. Désormais, les sociétés cotées sont devenues les principaux vecteurs de la réforme de la propriété mixte, a indiqué Hao Peng.

La Chine a optimisé la distribution et la structure du capital de l’État au cours de la période de son 13e Plan quinquennal, avec 24 entreprises d’État administrées centralement dans 12 groupes ayant achevé leur réorganisation, a déclaré Peng Huagang. Selon les données de la SASAC, le nombre d’entreprises d’État administrées centralement a été ajusté de 106 à 97.