Sélectionner une page

OPINIONS,Selection de la rédaction,Tribunes

« L’évolution de la responsabilité sociale des entreprises chinoises »

De Project Syndicate, par Asit K. Biswas et Cecilia Tortajada – Au cours de la dernière décennie, les entreprises chinoises ont fait des progrès importants en intégrant les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans leur prise de décision. Mais ils ont encore un long chemin à parcourir et ils n’y arriveront pas seuls.

L’idée de responsabilité sociale des entreprises est relativement nouvelle en Chine. Parmi le public chinois, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a commencé à gagner du terrain en 2008, après qu’un tremblement de terre de magnitude 8 a frappé la province du Sichuan, tuant 69 181 personnes, en blessant 374 171 de plus et laissant 18 498 disparus. Plus de 15 millions de maisons ont été détruites, laissant dix millions de sans-abri. Les dommages totaux ont été estimés à 150 milliards de dollars.

Après le soi-disant grand tremblement de terre du Sichuan, le public chinois a exigé que les entreprises contribuent à la reprise. Les entreprises ont répondu en offrant un soutien de 1,5 milliard de dollars (1,35 mds €) et en créant un nouveau précédent pour la RSE philanthropique en Chine.

Lorsque le Sichuan a subi un autre tremblement de terre grave, quoique moins dévastateur, en 2013, les grandes multinationales ont rapidement offert leur soutien. La contribution de 60 millions de yens (7,62 millions d’euros) de Samsung et de 50 millions de dollars (6,3 millions d’euros) d’Apple a confirmé que la responsabilité sociale faisait désormais partie intégrante des affaires.

Alors que la nouvelle classe moyenne de la Chine prospère, les demandes de RSE ne feront que croître. Bien conscients des normes et des évolutions mondiales, les Chinois de la classe moyenne attendent des produits plus sûrs, de meilleurs services et un environnement plus sain. Ils ne sont plus disposés à tolérer les entreprises qui privilégient les bénéfices sur le bien-être humain et environnemental.

Mais, aussi puissante que soit la pression publique, elle ne remplace pas la réglementation. En 2006, le droit des sociétés chinois a été révisé pour inclure le concept de RSE, et les bourses de Shanghai et de Shenzhen ont publié des directives pour divulguer les performances RSE. Plus récemment, le gouvernement chinois a imposé des sanctions plus sévères aux entreprises qui ne respectent pas les normes ESG, notamment des amendes et des peines de prison nettement plus élevées pour les hauts fonctionnaires.

Les règles externes ont également aidé. Par exemple, en 2003, l’Union européenne a adopté de nouvelles exigences réglementaires concernant les déchets d’équipements électriques et électroniques et la réduction des substances dangereuses, qui s’appliquent à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de toute entreprise opérant dans ou exportant vers des pays de l’UE.

De plus, en 2016, la Bourse de Hong Kong a rendu le reporting ESG obligatoire pour les sociétés cotées. Le HKSE a fait un suivi en 2018, lorsqu’il a introduit des exigences de divulgation plus strictes.

Ces mesures ont eu un effet puissant. De 1991 à 2005, les entreprises chinoises ont publié seulement 22 rapports RSE. En 2006-2009, le total est passé à près de 1 600. En 2018, ce nombre a été égalé en seulement dix mois: de janvier à octobre, les entreprises ont publié 1676 rapports RSE, soit une augmentation de 8,5% d’une année sur l’autre.

Les entreprises d’État cotées ou contrôlées par l’État – qui sont plus susceptibles d’intégrer les priorités du gouvernement, de la réduction de la pauvreté au contrôle de la pollution, dans leurs modèles d’entreprise – publient le plus de rapports RSE. Les priorités du gouvernement se reflètent également dans la manière dont les entreprises mettent en œuvre la RSE: par exemple, en 2004, lorsque l’administration forestière de l’État chinois a lancé son programme «National Forest City», de nombreuses entreprises ont concentré leurs efforts en matière de RSE sur la plantation d’arbres.

Mais le bilan ESG des affaires chinoises reste au mieux mitigé. Par exemple, la qualité des rapports RSE varie considérablement, tout comme leurs taux de publication. Et, en fait, à mesure que le nombre de rapports RSE a augmenté, la part qui peut être considérée comme bonne a diminué.

Cela ne devrait pas être surprenant, car le reporting RSE n’est toujours pas obligatoire, et il n’y a pas de sanctions en cas de non-divulgation d’informations ESG, et encore moins pour la publication de rapports de mauvaise qualité. Les sociétés cotées sur le HKSE offrent généralement des rapports de développement durable de bien meilleure qualité que leurs homologues cotées à Shanghai et Shenzhen.

Les gouvernements locaux sapent encore le bilan ESG de la Chine. Malgré la déclaration de 2012 du président chinois Xi Jinping selon laquelle la croissance économique ne devrait plus être poursuivie sans tenir compte de ses conséquences sociales et environnementales, les gouvernements locaux sont restés concentrés sur le PIB. (Un record de croissance solide peut, après tout, conduire à des promotions pour les responsables du Parti communiste.) Selon l’ancien vice-ministre chinois de l’environnement, Pan Yue, de nombreux gouvernements provinciaux ont ouvertement protégé et même activement soutenu leurs plus grands pollueurs.

La bonne nouvelle est que cela semble changer, car le gouvernement central maintient – et, en fait, approfondit – son engagement à veiller à ce que les entreprises intègrent des objectifs ESG dans leurs opérations. L’année prochaine, une nouvelle réglementation rendra obligatoire la divulgation ESG pour 3 000 sociétés cotées et émetteurs obligataires chinois.

Le paysage de la RSE en Chine a changé presque autant que ses horizons urbains au cours de la dernière décennie. Mais les dix prochaines années devraient apporter des progrès encore plus rapides. Le peuple chinois et ses dirigeants ne sont plus disposés à autoriser les entreprises à se dérober à leurs responsabilités sociales et environnementales.

Asit K. Biswas est professeur invité émérite à l’Université de Glasgow et président de Water Management International Pte. Ltd., Singapour. Cecilia Tortajada (ci-contre) est chercheuse principale à l’Institut de politique de l’eau de la Lee Kuan Yew School of Public Policy de l’Université nationale de Singapour.

 

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre opinion compte!

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques




Dossier d’Histoire

Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :