Les restrictions américaines sur les investisseurs détenant des titres d’un certain nombre d’entreprises chinoises pourraient affecter jusqu’à 60 milliards de dollars (54 mds €) d’obligations et provoquer de lourdes sorties de fonds par le biais de ventes forcées, a écrit JPMorgan dans une note aux clients.

La Maison Blanche de Donald Trump a publié un décret en novembre 2020 interdisant aux américains d’investir dans des entreprises chinoises qui, selon le département américain de la Défense, ont des liens avec l’armée chinoise – une affirmation que de nombreuses entreprises nient et que le gouvernement chinois dit manquer de preuves.

Alors qu’un certain nombre des 44 entreprises inscrites sur la liste du ministère de la Défense ont été coupées de divers indices boursiers ou ont vu leurs titres radiés de la Bourse de New York, les marchés à revenu fixe sont toujours aux prises avec l’impact, car de nombreuses obligations sont émises par des filiales plutôt que principales entreprises, a rapporté Reuters.

Dans une note aux clients écrite plus tôt dans la semaine et avant la publication d’une liste complète des filiales détenues à 50% ou plus par des entreprises militaires communistes chinoises, JPMorgan a estimé qu’environ 55 à 60 milliards de dollars d’obligations seraient affectés si / quand le Trésor agit. »