Le 11 janvier 2023, le Dr Michael Ryan, chargé de la gestion des situations d’urgence sanitaire à l’OMS, a déclaré que «les décès sont fortement sous-déclarés en Chine» en ce qui concerne le Covid-19.

La Chine a levé rapidement début décembre l’essentiel de ses strictes mesures contre le Covid-19, qui avaient permis à sa population d’être largement protégée du virus depuis 2020.

Cependant, l’organisation onusienne a annoncé qu’elle ne voyait pas de « menace directe » pour l’Europe, du fait de l’augmentation des infections au coronavirus en Chine.

Hans Kluge, en charge des pays européens au sein de l’OMS, a déclaré que sur la base des informations reçues de la part de la Chine, il n’y avait pas de menace. Des informations plus détaillées et régulières restent nécessaires pour surveiller l’évolution de la situation, selon l’Associated Press (AP).

Ce dernier ajouté que « nous reconnaissons que nombre de pays mettent en œuvre certaines mesures, par prévention, mais elles doivent être proportionnées et non discriminatoires ».

En effet, la Corée du Sud, le Japon, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, la France, le Maroc, le Qatar, le Canada, la Grèce, la Malaisie, la Finlande et les Pays-Bas ont rétabli des mesures exigeant des test négatifs pour les personnes en provenance de Chine.

Lire aussi : La Chine espère une position « juste » et « impartiale » de l’OMS face au Covid-19

La Chine lutte contre la pandémie de la Covid-19 à l’échelle nationale, après avoir procédé à l’assouplissement des mesures et annulé la politique « zéro covid », qui imposait des contraintes strictes et des mesures de contrôle aux personnes infectées, ainsi qu’une mise en quarantaine.

Le responsable de l’OMS a de nouveau demandé à la Chine de partager des bases de données sur le nombre de personnes infectées par le virus et celles décédées suite à cette infection et de les mettre à la disposition du public, selon la même source.

De son côté, Maria Van Kerkhove, responsable technique au sein de l’OMS au sujet de la Covid, a confirmé que le mutant XPP 5.1 est actuellement la forme la plus transmissible du variant Omicron.