Le gouvernement britannique a jugé la situation à Hong Kong «très préoccupante», renouvelant son souhait d’une enquête indépendante sur les troubles survenus dans l’ex-colonie britannique.

«La situation est très préoccupante et les événements de cette période nécessitent une enquête robuste et indépendante pour rétablir la confiance», a tweeté le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab.

Son ministère a publié un rapport sur les événements survenus à Hong Kong les six derniers mois de 2019. Le ministre a fait part de son inquiétude vis-à-vis de la loi sur la sécurité nationale décidée par Beijing après la vague de manifestations pour les libertés à Hong Kong.

Le texte prévoit de punir les activités séparatistes, «terroristes», la subversion, ou encore les ingérences étrangères dans le territoire autonome chinois. Pour le chef de la diplomatie britannique, «ce projet de loi sape le principe  »un pays, deux systèmes » en vertu duquel Hong Kong bénéficie d’une grande autonomie avec des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire».

Le gouvernement chinois s’était engagé à respecter ce principe lors de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, en 1997. «Il est encore temps pour la Chine de reconsidérer (sa position), de prendre du recul et de respecter l’autonomie de Hong Kong et ses propres obligations internationales», a plaidé Dominic Raab.

Ce dernier a répété qu’en cas de mise en application de la loi, Londres modifierait les conditions attachées au «passeport britannique d’outre-mer» délivré aux habitants de l’ancienne colonie lors de sa rétrocession à la Chine en 1997. Le but est de faciliter l’accès de ses détenteurs à la citoyenneté britannique.

Lire aussi : Boris Johnson promet une réforme du visa pour accueillir les Hongkongais