Le gouvernement vient de publier une série de mesures destinées à stimuler le secteur rural du pays, dans le cadre de la transition économique tendant vers les services et la consommation, et dans le but de lutter contre la pauvreté.

« Beaucoup de travail doit être accompli dans les villages chinois, où les opportunités pour le développement ont augmenté alors que la Chine est entrée dans la nouvelle ère« , note le document réalisé par le gouvernement et le comité central du PCC.

Planifier et coordonner la stratégie de développement rural

La stratégie retenue pour stimuler le secteur rural est d’atteindre les objectifs de modernisation et de construction d’une société d’aisance moyenne. Les autorités assurent ainsi que « la Chine ne peut se moderniser, sans moderniser son agriculture et ses régions rurales ».

Rue Dongfeng ouest au centre-ville de Kunming

De fait, il est prévu à l’horizon 2020, d’établir un cadre institutionnel et un système politique, sur la base d’une productivité rurale et d’une production agricole améliorées, et une pauvreté quasi nulle : « personne en Chine ne vivra sous le seuil actuel de la pauvreté », assure le document.

D’ici 2035, des « progrès décisifs devraient être réalisés« , comme l’accès à tous les habitants, urbains ou ruraux, aux services publics, ainsi qu’une intégration urbaine et rurale perfectionnée. De plus, à l’horizon 2050, « les régions rurales auront une agriculture forte, une belle campagne et des agriculteurs aisés », assure le gouvernement et le CCPCC.

Pour cela, il est demandé à l’ensemble des pouvoirs locaux de fournir un plan panifiant leurs objectifs et faisant état de la situation réelle de leurs localités. Ce plan est une priorité pour la période de 2018 à 2022, car il doit coordonner l’élaboration des politiques dans les secteurs concernés, tels que les services publics, l’environnement, la protection du patrimoine, la délocalisation si nécessaire …

 Le « document central n°1 » consacré à la revitalisation rurale

Le « document central No. 1″ est le premier communiqué politique de l’année publié par les autorités centrales, considéré comme un indicateur des priorités politiques. Pour la 15ème année consécutive le document central n°. 1 de l’année 2016 se penche sur l’agriculture, les agriculteurs et les zones rurales.

« Il y a beaucoup de travail à accomplir dans les villages chinois, où des opportunités de développement se présentent alors que le pays entre dans une nouvelle ère« , affirme le document, qui fournit une feuille de route pour un travail de planification global dans les villages chinois, dans des secteurs tels que l’économie, la politique, la culture, la société, l’écologie et la construction du Parti.

Pour Wen Tiejun, professeur à l’Ecole d’agriculture et de développement rural de l’Université Renmin, « le Document central n°1 est cohérent avec le discours prononcé par le président Xi Jinping lors de la Conférence annuelle sur le travail rural en décembre 2017 ».

« Cette conférence avait fait de la revitalisation rurale une ‘tâche prioritaire’ pour les comités du Parti », a expliqué ce dernier au quotidien Global Times. Selon Wen Tiejun, « ce document peut être considéré comme un changement stratégique majeur sur l’agriculture ».

En effet, l’accent est mit sur l’amélioration du statut social des agriculteurs via une industrie durable et innovante. Or « l’essence de l’intégration entre villes et campagnes est de relever le défi de l’approvisionnement en argent, en terres et en personnes, car les ressources des zones rurales ont longtemps été transférées dans les villes », a expliqué Han Jun, chef du Bureau du Groupe directeur central du travail rural.

Il apparaît évident pour ce dernier que « la clé pour atteindre la revitalisation rurale était de remodeler les relations entre villes et campagnes ». Il préconise de redynamiser les villages, en freinant la fuite de population, et en faisant usage des ressources terrestres inutilisés et en élargissant les canaux de financement.